Le procès intenté à l’avocat Rama Valayden pour “entente délictueuses” dans le sillage du scandale allégué de pots-de-vin à la Cour suprême a été appelé devant la magistrate Shavina Jugnauth Chuttur en Cour intermédiaire hier. Me Rama Valayden avait logé une motion demandant la radiation des charges contre lui. Alors que la Poursuite voulait, hier, que l’affaire soit fixée à une date ultérieure pour les plaidoiries sur cette motion, Me Rouben Mooroongapillay, qui défend Me Valayden, a demandé qu’il procède plutôt à un interrogatoire de l’Enquiring Officer afin de faire la lumière sur ces points. Répondant aux questions de Me Mooroongapillay, l’inspecteur Jankur, du CCID, a soutenu que Mme Bhikajee, qui avait accusé Rama Valayden, était par la suite revenue au poste de police pour avouer que ses déclarations étaient fausses, ajoutant qu’elles résultaient de pressions qu’elle aurait subies affirmant que des membres de sa famille  seraient arretés. En Cour hier, l’Enquiring Officer a concédé qu’après enquête, il n’y avait toujours pas de “prima facie evidence” contre l’homme de loi ni même de témoins indépendants, ajoutant que tout reposait uniquement sur les allégations de Mme Bhikajee.
L’avocat Rama Valayden fait l’objet d’une charge provisoire d’entente délictueuse devant la Cour correctionnelle de Port-Louis. Il est soupçonné d’avoir, le 15 août 2013, agi de concert avec “Mahendranath Dindyal et autres” pour persuader Bhimadevi Bhikajee, qui fait partie des prévenus dans le scandale de pots-de-vin à la Cour suprême, de modifier sa version à la police. Le Parquet fera connaître sa décision le 21 octobre.