Huit mois à peine après avoir été nommé directeur général de la MBC, Pritam Parmessur a été limogé vendredi après-midi. La décision prise par le Conseil des ministres lui a été communiquée par le ministre Badhain au cours d’une réunion à laquelle assistaient des chefs de service de la MBC, mais aussi des employés de la Corporation proches du ministre.
Redresser la MBC après le règne de Dan Callikan qui en avait fait la boîte de propagande officielle du gouvernement PTr/PMSD était une mission difficile. Elle s’est compliquée quand le nouveau DG s’est entouré des proches collaborateurs de Dan Callikan, qui ont continué à faire fonctionner la corporation comme avant. La mission est devenue impossible quand le DG s’est laissé prendre dans les jeux des clans et des lobbies, d’une part, et que, de l’autre, les ministres et les députés ont commencé à exiger que la moindre de leurs actions soit montrée dans le JT. Sans un nouveau conseil d’administration, avec un président temporaire qui n’hésitait pas à donner des ordres au personnel et même à choisir les couleurs de fond du JT, le DG ne pouvait pas travailler en toute sérénité. D’autant plus qu’il était régulièrement convoqué au ministère de tutelle pour se faire remonter les bretelles pour n’importe quoi. Par exemple, des lettres anonymes dénonçant les liaisons extra-maritales à la MBC.
Il faut aussi dire que le DG s’est laissé rapidement prendre par la capacité du personnel de la MBC – surtout certains hauts cadres et membres de la rédaction experts en retournement de vestes — à se mettre au service des membres du gouvernement du jour. Après avoir servi de paillasson au le PTr et ses alliés, ils se sont mis au service des membres de l’alliance au pouvoir qui, malgré leurs dénégations et comme tous les politiciens, adorent se faire voir à la télévision. Par ailleurs, au lieu de mettre de l’ordre avec fermeté, le DG s’est contenté de gérer le système en place et de le perpétuer. Du coup, la MBC d’aujourd’hui est devenue la copie de celle d’hier avec juste un changement de têtes ministérielles. Par ailleurs, les conclusions de l’audit sur les salaires et les conditions d’emploi, qui auraient permis de commencer à remettre de l’ordre à la corporation, n’ont jamais été publiées. A la place, le DG s’est lancé dans de grands projets: acheter un satellite, ouvrir une école de formation audiovisuelle côutant des millions et ce alors que la dette de la corporation n’est pas loin du milliard de roupies!
Face aux critiques de plus en plus nombreuses, le nouveau ministre de tutelle a exigé que «la MBC ne soit plus un outil de propagande comme avant» mais devienne «une radio-télévision aux normes internationales». En oubliant qu’il avait lui-même participé en solo à une des grosses émissions de propagande télévisée de la MBC, «BAI, la vérité» dans laquelle il faisait les questions et les réponses. Vendredi dernier le Conseil des ministres a décidé que Pritam Parmessur n’avait pas su s’acquitter de sa mission… impossible et l’a limogé. La nouvelle a été annoncée au limogé lors d’une réunion nocturne, à laquelle assistait des responsables de la MBC, mais aussi deux employés anciens hommes à tout faire de Callikan devenus les yeux et les oreilles de Badhain à la MBC. Il ne suffit pas de limoger un DG pour que la MBC redevienne une télévision digne de ce nom. Il faut nommer à sa tête des hommes et des femmes avec carte blanche pour mettre de l’ordre et prendre les décisions drastiques qui s’imposent. Sans que les membres du gouvernement, les lobbies ou les nouveaux protégés du ministre de tutelle ne leur mettent des bâtons dans les rues. Sinon, la MBC restera ce qu’elle est devenue: une boîte de propagande politique au service du pouvoir du jour.