Paul Bérenger, leader de l’opposition et du MMM, qui accueille favorablement la décision, vendredi, du Conseil des ministres de confirmer, selon lui, l’abandon définitif du projet Heritage City, indique que le MMM veillera désormais que la somme de Rs 1,5 milliard annoncée pour ce projet dans le budget soit biffée. Ce sont dorénavant le projet de raffinerie à Albion et la reprise annoncée de Apollo Bramwell Hospital par Omega Ark Healthcare Investments Ltd qui retiennent son attention.
Revenant d’abord sur l’affaire Heritage City, Paul Bérenger ne manque pas de rappeler que ce projet controversé et avorté mis en chantier par le ministre de la Bonne Gouvernance, Roshi Bhadain, “avec la bénédiction du Premier ministre, sir Anerood Jugnauth”, figurait dans le discours budgétaire lu par le ministre des Finances, Pravind Jugnauth. “Une somme de Rs 1,5 milliard allait même être budgétisée pour la nouvelle année financière en vue du lancement de Heritage City Co. Ltd”.
Même s’il approuve la décision du Grand argentier de ne pas aller finalement de l’avant avec le projet, le chef de l’opposition souligne quand même que ce revirement de situation s’est opéré en l’espace d’une semaine après la présentation du budget.
Paul Bérenger laisse entendre que le Conseil des ministres a confirmé l’abandon du projet Heritage City à sa réunion hebdomadaire de vendredi. Une décision qu’il accueille tout aussi favorablement, même s’il juge “malsain” que le communiqué du Cabinet n’en fait pas mention. “Au MMM, nous veillerons dorénavant que la somme de Rs 1,5 milliard qui avait été annoncée lors de la présentation du budget soit biffée lors des travaux au Committee of Supply”. Le leader de l’opposition s’attend tout aussi que la Heritage City Co. Ltd soit dissoute et que les terres où le projet allait s’ériger soient restituées à la State Land Development Co Ltd (SLDC).
Cette société d’Etat, on le sait, de concert avec Luxconsult, était au départ responsable de l’ensemble des développements sur les anciennes terres d’Illovo à Highlands avant que la composante Heritage City ne lui soit enlevée pour être confiée au ministre Bhadain et à Stree Consulting. Le chef de l’opposition indique que, désormais, il “veillera de près” qui se chargera des frais déjà encourus pour ce projet controversé qui n’aboutira finalement pas.
Paul Bérenger enchaîne avec ce qu’il estime être deux autres sujets qui “dégagent une forte odeur d’affairisme” : l’annonce faite dans le discours budgétaire d’un projet de raffinerie à Albion et l’annonce de la reprise d’Apollo Bramwell Hospital par Omega Ark Healthcare Investments Ltd. Dans le premier cas, le chef de l’opposition ne manque pas de souligner que ses recherches ont établi que le consortium privé concerné, qui comprend comme actionnaires “des petits copains”, ne s’est fait enregistrer qu’une semaine seulement avant la présentation du budget. Aussi, annonce-t-il que l’opposition MMM s’assurera que ce projet ne soit pas tout à la fois “une autre Heritage City, un autre MedPoint ou un autre CT Power”.
Reprise d’Apollo par Omega : “Fishy transaction”
 Dans le cas de la reprise d’Apollo, Paul Bérenger ne manque pas de souligner qu’alors qu’en réponse à sa PNQ du 3 mai Roshi Bhadain avait laissé entendre qu’Omega Ark reprendrait l’affaire pour un montant de $ 60 millions (plus de Rs 2 milliards), répondant mardi à une interpellation du député MMM Reza Uteem, Pravind Jugnauth est venu cette fois parler d’un “deal” de seulement $ 18 millions (Rs 600 millions). Il explique de même que quand il avait demandé au ministre Bhadain, le 3 mai, si un exercice de due diligence avait été entrepris en vue d’être mieux éclairé sur le profil de ces racheteurs, ce dernier s’était contenté de dire qu’il “pense que ce sont des Britanniques”.
Le leader de l’opposition souligne que, mardi à l’Assemblée nationale, il a tenu à avertir Pravind Jugnauth qu’il soupçonnait une “fishy transaction” dans la mesure où, dit-il, ce dernier s’est prévalu de clauses de confidentialité, “comme sous Ramgoolam”, pour donner de plus amples renseignements sur toute la transaction. Alors que, dit-il, Omaga Ark a été présenté dans la presse comme une société britannique de renom en matière de gestion d’établissements hospitaliers, cette société fut incorporée pour la première fois le 2 février 2012 à Hong-Kong sous l’appellation Jaganmayee Brothers Trading Private Ltd avec pour seul actionnaire Manish Narula.
“Depuis, la compagnie a changé cinq fois de nom avant qu’elle ne soit incorporée en Grande-Bretagne le 22 juin 2015 sous l’appellation Omega Ark (HK) Ltd. Avant qu’elle ne s’établisse à Maurice sous le nom d’Omega Ark Healthcare Investments Ltd le 29 octobre 2015, avec pour siège social Fontaine Lane, Mare d’Australia. À Maurice, explique Paul Bérenger, les deux directeurs initiaux de la société sont Guy Anthony Rees (actionnaire-directeur britannique) et Gooroodeo Sookun, un compatriote comptable de profession et opérant de l’étranger” et qui, selon le leader des mauves, se serait depuis pas longtemps “rapproché du MSM”.
À ce jeudi 11 août, Omega Ark Investments compte seulement deux directeurs : outre le Britannique Guy Anthony Rees, un ressortissant indien, Vikram Katral. Paul Bérenger se pose surtout des questions sur le “Hong-Kong link” de la société. “Il faut bien une raison à cela”, selon lui. Quant au dénommé Rees, il ne manque pas de souligner qu’alors que ce dernier a été présenté comme un “expert” en matière de gestion d’établissements de santé, ses recherches l’ont emmené à établir qu’en fait il est dans le business de la gestion des homes en Grande-Bretagne.
Paul Bérenger affirme que, selon ses informations, une première tranche de $ 11 millions qui aurait dû être versée au moment de la signature de l’Asset Pruchase Agreement attend toujours d’être encaissés. Et cela, dit-il, alors même que des représentants d’Omega Ark feraient déjà la loi auprès du personnel de l’ex-Apollo Bramwell Hospital. Il soutient de même que l’enseigne aurait aussi déjà changé de nom. Pour le leader de l’opposition, le bon sens commande que toute la transaction soit gelée “en attendant un exercice dans la totale transparence”. Le but étant, dit-il, “de prévenir un nouveau MedPoint”. Chose qu’il dit “ne souhaiter pour personne”.
Invité par ailleurs à commenter l’épizootie de fièvre aphteuse à Rodrigues, Paul Bérenger a tenu à renouveler sa solidarité dans l’épreuve aux éleveurs rodriguais dûrement éprouvés par les pertes encourues. Il considère, d’autre part, que le ministre de l’Agro-Industrie, Mahen Seeruttun, s’emploie à faire son travail et salue le “courage” de ce dernier pour sa décision de se rendre dès vendredi dans la petite île et lui souhaite “bonne chance”.
Même s’il avait personnellement souhaité l’institution d’un Select Committee pour tirer au clair les circonstances ayant entraîné la survenue de cette terrible maladie animale à Rodrigues et situer les responsabilités, le leader de l’opposition accueille positivement la décision de nommer un Senior Magistrate pour enquêter.