Deuxième saison de l’émission-jeu présentée par Raj Gokhool. L’occasion de dresser un gros plan sur ce présentateur issu du théâtre mauricien. Il se penche le temps d’une rencontre sur son jeu de comédien face aux caméras.
Il est le principal vecteur par lequel s’est communiquée une épidémie de “gratouillite” aiguë dans le pays depuis juin 2010. Une fièvre instillée grandement par ce facétieux présentateur d’émission-jeu. Comique à la tchatche facile qui s’invite dans le salon du Mauricien le mardi soir et se prend à le faire rêver de porte-monnaie garni et de “staritude”. Le volubile Raj Gokhool est celui qui a poussé plus d’un à tenter la chance et à espérer finir millionnaire en un tournemain.
Comédien.
Ce drôle se plaît à donner des allures de talk-show à ses prestations télévisuelles. Une émission de divertissement mais aussi de proximité, voire de découverte, lorsque les caméras quittent le plateau et s’immiscent dans le quotidien d’une île Maurice profonde. Toujours dans un esprit de proximité, des liens sont tissés avec le public présent en studio, que le présentateur tutoie à tue-tête comme une seule et même personne. N’oublions pas que l’assistance aussi bien que l’audience ont affaire à un comédien.
Il s’attelle à détendre les coincés et à mettre à l’aise ceux qui sont tétanisés à l’idée de passer à la télévision. Ne parlons pas de l’angoisse de quitter le studio en millionnaire… ou pas ! C’est à ce moment que Raj Gokhool déploie toute sa science de comédien. Et de concéder : “C’est grâce au théâtre que je suis le présentateur du Millionnaire aujourd’hui.” Ainsi soit-il.
Bonne humeur.
Mais le présentateur-comédien n’a-t-il pas, par moments, la vague impression de surjouer ? Notre interlocuteur répond du tac au tac, mais avec un tact certain. Admirez l’approche et le développé du discours qui suit. “Peut-être. Mais j’essaie de me corriger. Je suis certes en face des caméras mais aussi devant un public qui accompagne la personne qui tournera la roue. Le comédien que je suis se doit d’établir un contact avec l’assistance, et ressent si celle-ci est froide ou pas. Si je crie beaucoup par moments, c’est seulement par rapport à l’émotion que je ressens du public.” Celui-ci le lui rend bien, par une certaine générosité renvoyée dans un ricochet de bonne humeur.
Monsieur Millionnaire se sent investi d’une responsabilité envers les spectateurs et s’oblige à innover pour ne pas décevoir. Aussi joue-t-il le jeu de celui qui tournera la roue, et se pose comme le serviteur, si ce n’est le fou du roi ou de la reine d’un soir. “Ce n’est pas moi la star, mais bien évidemment la personne qui a obtenu trois téléviseurs sur sa carte à gratter.” Et voilà notre amuseur national de galerie reparti pour un tour dans une deuxième saison qui s’annonce rondelette !
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Proximité tous azimuts
Dans la deuxième saison du Millionnaire, le reportage de proximité est consacré à un seul gagnant, mais toujours dans le même laps de temps. Le présentateur est maintenant suivi dans ses déplacements sur le plateau par les caméras. Une plus grande mobilité acquise avec le temps par l’équipe technique qui sait mieux anticiper les mouvements de Raj Gokhool. Ce dernier jouit désormais d’une meilleure occupation de l’espace scénique et pourrait même rejoindre le public. Ce qui n’est pas pour déplaire à cet homme de théâtre qui tient école et monte des spectacles dans le circuit hôtelier.