L’euphorie était à son comble et la fête eut lieu dans l’intimité samedi dernier après la 30e journée où le chiffre 8 était au centre des conversations à l’écurie que dirige Raj Ramdin. Suite au triplé réussi avec Port Albert, Shiled Of Thunder et Tembot, l’entraîneur a ainsi pu satisfaire les critères imposés en cours de route par le MTC pour renouveler sa licence pour la saison prochaine.
«Mon établissement n’est pas comme les autres. Ce n’est pas possible d’imposer ce critère de huit victoires. C’était comme une épée de Damoclès sur notre tête. C’était devenu traumatisant pour nous», explique Raj Ramdin qui est enfin arrivé à ce chiffre fatidique lors de la 30e journée. « J’ai un petit effectif avec pas mal de chevaux à problèmes. C’est cela ma passion pour les courses: faire courir et gagner des chevaux à problèmes. Et aussi, je n’ai pas de jockeys attitrés. Je dois engager ceux qui sont disponibles».
«Maintenant que j’ai pu atteindre huit victoires, je suis soulagé quelque part et je peux envisager l’avenir avec sérénité. Ils n’auront pas à me critiquer. Ils ne diront pas non plus qu’ils m’ont protégé pour que je puisse conserver mon entraînement», ajoute-t-il.
Cette 30e journée avait débuté victorieusement pour Raj Ramdin avec Port Albert dans la course d’ouverture. Le coursier restait sur une bonne deuxième place à sa dernière sortie, suite à un retour à la compétition après plus de trois mois. « J’ai eu la malchance pendant trois semaines avec seulement des deuxièmes places. Il était temps que je gagne une course. La première ligne a définitivement aidé Port Albert. C’est un cheval qui doit impérativement se retrouver seul à l’avant pour bien faire. Dès qu’il a pris les commandes, je savais que le plus dur était fait. Quant à Shield Of Thunder, il avait développé la fâcheuse habitude de rater le départ. J’ai dit aux handlers de le mettre en dernier dans les stalles. Il a sauté et a bien suivi dans le sillage de Obama. Sooful a monté une course parfaite. Avant le dernier tournant je savais qu’il avait course gagnée.»
Tembot : sans blinkers et noseband
Raj Ramdin a clôturé la journée comme il l’avait commencé et la cerise sur le gâteau est venue de Tembot, qui a ouvert son palmarès au Champ de Mars alors qu’il venait de rejoindre son établissement. «Je suis très content pour Bernard Lincoln. Je lui avais dit de me donner ce cheval et que je vais m’en occuper. J’ai pris tout mon temps avec lui et il était fin prêt pour la compétition. J’avais remarqué qu’il avait déjà gagné en Afrique du Sud de bout en bout et sans des équipements. Donc, je lui ai enlevé les blinkers et la noseband et j’ai demandé à Sooful de diriger les opérations ou de suivre dans le sillage de Mighty Lion. Ce dernier n’a pas insisté à disputer le commandement et mon coursier a pu tenir jusqu’au bout tout en résistant au retour des autres adversaires».
«Je pense que j’ai fait une très bonne journée. Sur mes quatre engagés, j’ai signé trois succès, et seul Bright Shining n’a pas été de la fête. Il cache sûrement un problème. Il faudra le revoir. Vous savez, je suis un entraîneur très chanceux, qui est toujours exact au rendez-vous lors des classiques », fait-il remarquer.
Ce triplé, Raj Ramdin le doit aussi à Dinesh Sooful. Lors de la 29e journée, il a failli faire triompher Brazo avant de l’emporter avec Marine Skye pour l’entraînement Pertaub. «Je lui ai parlé au courant de la semaine et après sa prestation de la semaine précédente, j’ai décidé de ne pas changer de main. Il montait en confiance depuis son doublé pour Ricky Maingard».
«Je souhaite que les semaines se suivent et se ressemblent. Je plaisante. En vérité, si jamais, j’arrive à remporter au moins une victoire par semaine cela me comblerait », devait-il conclure tout en remerciant ses palefreniers pour leur formidable travail sans oublier son « ami' » Bernard Lincoln et les autres propriétaires.