D’humeur joviale, la parole facile et l’attitude familière, Rajen Gungoosingh est un homme qui croque la vie à pleines dents. Ancien inspecteur de la Private Secondary Schools Authority (PSSA), il vit à 100 à l’heure depuis qu’il est à la retraite. Entre les réunions des Old Boys du Collège Royal de Curepipe et les voyages en Inde, il se consacre à sa passion de jeunesse, la philatélie. Outre une belle collection du monde entier, il s’intéresse particulièrement aux timbres de Maurice. Dans un souci de préserver le patrimoine, il les rassemble par thème sur un cadre.
Si vous demandez à Rajen Gungoosingh ce qu’il fait depuis qu’il est à la retraite, il vous énumère une liste de passions et d’engagements que vous avez du mal à retenir. Et pour cause. L’homme parle avec entrain, se recroqueville dans son fauteuil, avant de bondir dans un éclat de rire. Rajen Gungoosingh est un bon vivant.
En plein travaux de construction à Mahébourg, il trouve du temps pour se remettre à la philatélie, passion qui l’anime depuis l’adolescence. « J’avais 12-13 ans et à cette époque, c’était le craze des correspondants. J’en avais 25 dans différents pays. Parfois, le sac du facteur était rempli de lettres rien que pour moi », raconte-t-il.
Rajen Gungoosingh découvre ainsi les timbres des différents pays et il est fasciné par leur beauté. « J’aimais surtout les timbres de Malte qui, soit dit en passant, était un pays que je ne connaissais même pas. C’est ainsi que j’ai commencé ma collection. »