Cela fait neuf ans aujourd’hui que Rajesh Ramlogun a trouvé la mort alors qu’il se trouvait en détention policière. Le 29 mai 2009, le Directeur des Poursuites Publiques (DPP) avait fait appel contre le jugement disculpant quatre officiers de la Major Crime Investigation Team (MCIT) dans cette affaire. Mais à ce jour, la famille attend toujours que l’affaire soit appelée en Cour. Nilesh, le fils de Rajesh Ramlogun, lance un appel au gouvernement et à la Cour pour que justice soit enfin faite pour son père.
« Qui a tué mon père ? Il a trouvé la mort en Police Custody et l’autopsie a révélé des coups et blessures sur son corps. Neuf ans après, on attend toujours de connaître les responsables. À quand la justice pour mon père ? » se demande Nilesh Ramlogun. Le jeune homme, aujourd’hui âgé de 23 ans, sortait à peine de l’enfance au moment des faits. Aujourd’hui, il se bat pour connaître la vérité.
Rajesh Ramlogun avait été arrêté dans le cadre de l’enquête sur le meurtre des belles-soeurs Jhurry à Lallmatie le 6 Janvier 2006. Il a été retrouvé mort 48 heures après, avec des blessures sur le corps. Quatre policiers impliqués dans l’enquête avaient été poursuivis, puis blanchis par la Cour. Mais le DPP a fait appel du jugement. « Quand le DPP fait appel, cela veut dire que la Cour doit reprendre cette affaire. Or, cela fait neuf ans que nous attendons. Nos différentes démarches dans ce sens n’ont rien donné. Il n’est pas logique que le DPP fasse appel contre un jugement et qu’il n’y ait aucune suite. Je lance donc un appel au gouvernement et à la Cour pour que justice soit enfin faite pour mon père. »
La famille est d’autant plus remontée qu’Ashvin Ramgotee, le neveu de Rajesh Ramlogun, a été jugé coupable du meurtre des belles-soeurs Jhurry. Il a écopé de 37 ans de prison. Ce jugement est venu soulager les Ramlogun qui, pendant des années, ont subi le regard des autres. « Les gens pensaient que nous avions réclamé de l’argent de l’État alors qu’il était coupable. »
Bindu Ramlogun, veuve de Rajesh Ramlogun, ne manque pas de rappeler que le 14 janvier marque également la fête du Sankranti pour les hindous et que, depuis cette tragédie, « nous ne fêtons plus ». Elle relate qu’elle a approché la Cour à plusieurs reprises pour savoir quand le cas sera rouvert, « mais on m’a dit que cela a été renvoyé, sans donner de date précise ».
La famille souligne également que si elle a réclamé et obtenu un dédommagement de l’État pour le décès de Rajesh Ramlogun, à savoir Rs 7,5 millions, cela ne signifie pas pour autant qu’elle abandonne les poursuites. Pour Bindu Ramlogun, cette affaire doit ainsi être reprise « pour une question de principe », dit-elle. « Mon mari est mort pour rien. Quelqu’un d’autre a été jugé coupable pour ce double meurtre. Il faut savoir qui a tué mon époux afin que ce dernier puisse être en paix. »
Pour rappel, le DPP avait formulé 19 raisons pour soutenir son appel. Citons entre autres le fait que les magistrats n’avaient pas pris en considération le fait que le suspect se portait bien au moment de son arrestation et des conclusions du Dr Gajjulu, qui avait réalisé l’autopsie.