La semaine de la science 2017 a démarré officiellement hier au Rajiv Gandhi Science Centre, à Bell-Village. Depuis ce matin, le public peut visiter différentes expositions et assister à des séminaires. Cet événement, organisé sous l’égide du ministère de l’Éducation, et en collaboration avec une vingtaine d’organisations, a pour but de promouvoir la science à l’école et dans la société.
Afin de faire prendre conscience de l’importance des sciences et d’encourager les jeunes à s’y intéresser, le Rajiv Gandhi Science Centre organise une semaine spéciale dédiée à cette filière depuis quelques années. L’édition 2017 se tient du 8 au 12 mai. Plusieurs expositions ont ainsi été mises en place pour mieux faire découvrir les différents aspects des sciences. Divers partenaires – dont la société aéronautique de Maurice, la station météorologique, la Food and Agricultural Research and Extension Unit, l’institut océanographique et le ministère de la Santé – sont sur place pour des « showcases », démontrant l’importance de la science dans la vie de tous les jours. En même temps, cet événement veut mettre en avant les différentes perspectives de carrière pour les jeunes.
Parallèlement, une panoplie de séminaires, adressés principalement aux étudiants, sont prévus au cours de cette semaine de la science. Ce mardi, la multitude d’opportunités qu’offre cette filière scientifique a été abordée. Hier, les jeunes ont eu l’occasion de découvrir les nouvelles tendances en matière de science et de technologies. Le mercredi 10 mai, une causerie spéciale, intitulée « Informal Science Education », est prévue à l’intention des professionnels de l’éducation. Le 11 mai, une invitation est lancée aux associations féminines pour découvrir l’importance des sciences dans la société. Le lendemain, 12 mai, l’accent sera mis sur des Mauriciens ayant connu le succès grâce à la science.
Procédant au lancement de la semaine de la science hier, la ministre de l’Éducation, Leela Devi Dookun, a insisté sur la nécessité d’encourager les étudiants à choisir la filière scientifique. « Seuls 6 % des collégiens optent pour les sciences en SC et HSC », a-t-elle fait ressortir.