ZIBYA ISSACK

Durant le Ramadan, on est plus calme et on observe davantage le silence. Le silence est en effet éloquent et paradoxalement très parlant. Il exprime quelque chose d’essentiel : la paix. Il s’agit d’être en paix avec les autres et d’entrer en paix avec soi-même. Ce mois signifie aussi la communion avec Dieu. Le recueillement est ainsi habitude, nécessité, devoir et accomplissement. À la mosquée, tout le monde est égal; on procède aux mêmes rituels, on récite les mêmes extraits. Un médecin n’est pas supérieur à un éboueur; un ministre n’est pas plus pieux qu’un maçon. Ils sont tous égaux dans la maison de Dieu.

Il y a aussi cette question qui revient : pourquoi cinq prières ? C’est simple : les cinq prières sont un rappel. Elles ponctuent notre journée. Chaque prière donne un rythme et un but à la vie. L’essentiel repose donc sur la simplicité. Sometimes, the simplest things are the sweetest of things.