L’état-major de l’entraînement Rameshwar Gujadhur affichait la satisfaction samedi dernier après s’être adjugé quatre des huit épreuves au programme avec Five Star Rock, Blow Me Way, Captain Magpie et Seven Fountains, sans compter la consécreation de M L Jet dans le championnat des 4-ans. Au delà de ce tour de force, avec 27 victoires dans son escarcelle, c’est l’objectif “modestement” fixé en début de saison, qui était de remporter entre 25 et 30 victoires, objectif qui a été atteint.  Si, jusqu’à la saison dernière il n’avait pas de grande ambition, végétant la plupart du temps dans le ventre mou du classement, cette saison l’entraînement Rameshwar Gujadhur joue dans la cour de grands et se permet même le luxe d’être le dauphin du leader au classement des entraîneurs.  Comment cette formation est-elle passée d’établissement “ordinaire” à celui de prétendant au titre?
C’est un fait que pour survivre au Champ de Mars, une écurie a besoin de remporter des victoires. Qui dit victoires dit des chevaux de qualité et qui dit chevaux de qualité dit investissement. Cette équation, autant est-elle simple à coucher sur papier, autant est-elle compliquée à mettre en pratique. Ce ne sont pas les formations qui se trouvent dans les méandres du classement qui nous diront le contraire. Mais à l’écurie Rameshwar Gujadhur on a su mesurer la portée de cet état de fait. Si, en 2015, les victoires tombaient à compte-gouttes, occasionnant parfois des longues traversées du désert, l’entraînement Rameshwar Gujadhur voulait un changement radical pour 2016. Première étape: revoir de fond et comble l’effectif et y procéder à un rajeunissement drastique. C’est ainsi que les Posse Commitatus, Georgean Boy, Midnight Master, Cirac, Annaconda Moon et autres Ice Trigger jugés inaptes à la compétition, furent mis à la retraite pour faire de la place à du sang neuf. Dans un premier temps, ce sont les chevaux de l’ex entraînement Foo Kune qui furent accueillis avant que leurs propriétaires ne fassent l’acquisition de nouvelles unités. C’est ainsi que dans le contingent qui débarqua le 12 décembre 2015, huit chevaux furent inscrits au nom de l’entraînement Rameshwar Gujadhur dont un certain Bold Inspiration et le non moins valeureux Blow Me Away.
Effectif homogène
D’autres acquisitions tout aussi valeureuses devaient se joindre en début d’année 2016 parmi lesquelles on retrouvait les expérimentés M L Jet et Mootahadee et le prometteur Five Star Rock. A l’aube de la nouvelle saison, Rameshwar Gujadhur et son fils Subiraj disposaient d’un effectif homogène, bien répartis dans les différentes catégories. La deuxième étape constituait à trouver un jockey qui serait capable de deliver the goods et faire oublier les erreurs de casting que furent Akash Aucharuz, Marco van Rensburg et autres Imran Chisty. C’est ainsi que le choix se porta sur Donavan Mansour, une vieille connaissance des turfistes mauriciens qui n’avait pas mal fait dans un passé récent pour le compte des défuntes écuries Serge Henry et Hurlywood. Cependant, dû à des obligations administratives, le Sud-Africain fut contraint d’assister à la journée inaugurale en spectateur. Ce qui n’empêcha pas son nouvel employeur de débuter sur des chapeaux de roues. Avec l’apport des local boys Vijay Anand Bundhoo et Dinesh Sooful, il s’adjugea un joli doublé avec Tornado Man et Torotino pour préciser d’entrée ses intentions. Les victoires devaient s’enchaîner par la suite avec l’apport de Mansour, l’entraînement Rameshwar Gujadhur se retrouvant dans la winner’s enclosure semaine après semaine. Même le neophyte Mervyn Teetan y apporta sa contribution en menant à la victoire Alberts Day, la toute première de sa jeune carrière. Ce winning trend, cette formation l’étrennera sur 14 semaines pour un total de 22 victoires avant de connaître un coup d’arrêt lors de la 15e journée qui coïncidait curieusement avec l’absence de Donavan Mansour, suspendu. Ce duo devait reprendre les choses là où il les avaient laissées deux semaines plus tôt avec Bold Inspiration (16e journée) avant de réaliser un véritable feu d’artifice samedi dernier.
Machine bien huilée
À l’aube de la trêve, Rameshwar Gujadhur pointe à la 2e place au classement des entraîneurs avec 27 victoires pour des stakesmoney de l’ordre de plus de Rs 5,8M. Cet excellent parcours n’est que le fruit d’un planning bien fait et d’une machinerie bien huilée. Ceux qui assistent régulièrement à l’entraînement tant à Port Louis qu’à Floréal seront unanimes à dire que cette formation ne lésine pas sur les moyens pour que les chevaux soient maintenus en excellente condition. Sinon comment expliquer que Captain Magpie, Seven Fountains et autre Tornado Man, qui ne furent que l’ombre d’eux-mêmes la saison dernière, évoluent désormais à un niveau insoupçonné? Les deux premiers nommés viennent d’aligner leur quatrieme victoire en autant de sorties alors que le modeste Tornado Man n’a jamais couru hors des accessits cette saison. Si, à Floréal, Rameshwar Gujadhur peut compter sur Dario Basset-Rouget qui, en sus de superviser l’entraînement, s’assure que tout soit fait selon le programme établi, à Port Louis, Laval Aumaître et sa horde de palefreniers abattent un travail colossal pour que les chevaux soient présentés dans des conditions optimales les samedis après-midi. Cette répartition des tâches permet le bon fonctionnement de l’écurie, offrant ainsi une bonne marge de manoeuvre à Rameshwar Gujadhur et à son fils et bras droit Subiraj pour se concentrer davantage sur l’aspect tactique. C’est, du reste, ce professionnalisme qui aura frappé Donavan Mansour dès ses premiers jours au sein de cet établissement.
Chez les nouveaux, la satisfaction est de mise avec quatre d’entre eux ayant déjà visité la winner’s enclosure. La plus grande satisfaction est de loin Blow Me Away qui, avec trois victoires en autant de sorties, fait partie des révélations de cette première moitié de saison. On retiendra aussi Five Star Rock, très bien estimé et qui est appelé à se muer en un excellent compétiteur au Champ de Mars.
Poursuivre sur sa lancée
Créé en début des années 2000, l’entraînement Rameshwar Gujadhur réalise actuellement son meilleur début de saison, si ce n’est sa meilleure saison. Si certains prévoient un essoufflement, vu que certaines unités ont beaucoup donné jusqu’ici, Donavan Mansour est, lui, d’avis que son établissement peut poursuivre sur sa lancée après la trêve. « I fail to see why we shouldn’t. We have got a good team, a good trainer, a good string of horses and it seems we’ve good a good jockey (laughs). We are all professionals and we all put our heads together. I fail to see why we couldn’t do what we have achieved so far in the second half of the season », nous a dit-il déclaré. Si tout se passe comme l’entend le Sud-Africain, l’entraînement Rameshwar Gujadhur devrait donc boucler son calendrier avec une cinquantaine de victoires, ce qui serait une première de son histoire. Si, pour le moment, le titre n’est pas à l’odre du jour, il n’est pas exclu que les ambitions soient revues à la hausse en cas de victoires classiques. Avec M L Jet et Bold Inspiration qui n’ont pas encore dévoilé leur vrai potentiel et avec la montée en puissance de Captain Magpie, l’espoir est permis.