« Ce n’est pas l’élection de Navin Ramgoolam ou d’Arvin Boolell ou de Shakeel Mohamed, cette élection est pour vous. » C’est ce qu’affirme Navin Ramgoolam au Mohit Hall où s’est tenu le premier congrès du Parti travailliste (PTr), hier, vendredi 4 mai. Une date qui en dit long puisque le Mouvement Socialiste Militant (MSM) a de son coté procédé à l’inauguration d’un marché, également à St-Pierre.

Selon le leader des rouges, Pravind Jugnauth aurait reconnu que Navin Ramgoolam était son unique adversaire aux prochaines élections. « Si pour un congrès, ils changent de date, que sont-ils prêt à faire pour rester au pouvoir », se demande le leader des rouges devant ses partisans dans la circonscription no 8. Faisant appel à l’union de l’opposition, pour Navin Ramgoolam, c’est la solution pour faire partir ce gouvernement. « Il faudrait s’allier avec les forces de l’opposition pour faire partir ce gouvernement, que ce soit avec le MMM, le PMSD, MP et les indépendants. Par la suite, chacun ira de son côté parce que le Parti travailliste ira seul aux élections. »

Durant ce rassemblement, Navin Ramgoolam a aussi prétendu avoir des clichés d’officiers de police en train d’arracher les affiches du Ptr en vue du congrès et affirme qu’ils devront répondre de leurs actes. « Est-ce que c’est ça la démocratie ? C’est pour cela que nous nous sommes battus avec les Anglais pour avoir l’indépendance, notre liberté ? », s’interroge Ramgoolam.

À part les critiques habituels vis-à-vis du gouvernement et d’anciennes histoires politique, le leader des rouges a fait le tour de plusieurs autres sujets tels que la BAI, la MBC, le chômage, et le Metro express entre autres.

Arvin Boolell est quant à lui parti droit au but en exprimant son souhait de s’unir dans la solidarité et dans l’esprit du mauricianisme. « Hier, il y avait le père de la nation, aujourd’hui il y a désormais un godfather au sein du gouvernement. Toutes les institutions sont en dessus dessous. Mais c’est dans le compromis que nous préparons l’avenir, car les valeurs de notre parti reposent sur l’unité nationale et la justice social », soutient le député rouge.

Le chef de file du Parti travailliste, Shakeel Mohamed, a pour sa part défié le Premier ministre en lui demandant de révéler la somme qu’a reçu le MSM avec la BAI. « À partir d’aujourd’hui, je défie le Premier ministre et je vais d’ailleurs poser la question au parlement à ce sujet. » Il est également revenu sur le cas de Raj Dayal, qui a perdu sa place de ministre, et s’interroge, si ou non, celui-ci a reçu une compensation du gouvernement de Rs 15 millions. « Je pense qu’il est nécessaire que le gouvernement répondre à cette question au lieu de cacher cette information. »