Navin Ramgoolam, qui participait mercredi à une cérémonie de remise de prix organisée par la Glen Park Muslim Association, a estimé que « les vrais parrains de la drogue sont toujours là ». Selon lui, la drogue continue de faire des ravages à Maurice et les victimes sont davantage les jeunes. « Bann zen pe pran ladrog sintetik. Pa kone ki zot pe fer. Ena ape touy zot prop fami », a-t-il dit. Il a déploré le fait que la drogue puisse entrer dans le pays « sans aucun contrôle » et « sans que personne n’ait encore été arrêté » avant d’arriver à la conclusion que « les parrains de la drogue sont toujours en place ».

Le leader du PTr, qui avait notamment à ses côtés Stéphanie Anquetil, Patrick Assirvaden et Osman Mahomed, a observé qu’avec les élections générales qui approchent, une « campagne systématique » est menée contre sa personne. « Tou kalite non donn mwa kouma dir mo enn dernie dimoun. » Et d’ajouter que des « experts juifs » auraient été recrutés « pou fer sinema lor mwa ».

Faisant référence aux nombreuses attaques sur les plans légal et politique menées contre lui, il a affirmé qu’une « machine est passée sur mon corps, mais je suis toujours intact ». Il a conseillé à l’assistance « de ne pas choisir le chemin facile ». Pour lui, la campagne électorale a déjà commencé. Il a dénoncé la « campagne communale » menée par le MSM. « Zot oule diviz ou kominote par kominote pou res o pouvwar », a-t-il avancé. Et d’enchaîner que « le jour où le Premier ministre sera élu par le peuple, nous le respecterons ».

Évoquant l’organisation des Jeux des îles, Navin Ramgoolam a observé que les athlètes « n’appartiennent pas au pouvoir ». Et de poursuivre : « Il nous faut être fiers de nos athlètes. Ils représentent le pays. » Il a dénoncé le gouvernement qui, selon lui, veut « politiser les Jeux ».