Le Premier ministre est rentré ce matin de sa visite d’État dans la Grande péninsule sur invitation de son homologue indien, Manmohan Singh. Navin Ramgoolam a participé hier au Joint Business Council Meeting organisé à Mumbai par la Federation of Indian Chambers of Commerce and Industry, le Board of Investment de Maurice et la Mauritius Chamber of Commerce and Industry. Dans la soirée, il a rencontré le gouverneur du Maharashtra, Shri K Sankaranarayanan. Mercredi, il a reçu le titre de Doctor of Laws – LL. D (Honoris Causa) de l’Université de Kurukshetra. La cérémonie de remise de distinction a eu lieu en présence de la présidente indienne, Shrimati Pratibha Devisingh Patil.
S’adressant aux hommes d’affaires indiens à la réunion du Joint Business Council Meeting, Navin Ramgoolam les a invités à voir au-delà du marché mauricien en vue de couvrir le marché africain. « Investing in Mauritius is not only about doing business for its population of 1.2 million. It is most importantly about producing for the entire African market of around one billion people. By operating from Mauritius they benefit from a solid, safe and reputable economic platform. We will be appointing soon two roving ambassadors for the African region. The African Economic Renaissance can take Indo-Mauritian economic ties to completely new heights. It is forecast that by 2015, out of the top 10 performing economies, 7 will be African », a dit le  Premier ministre.
Le chef du gouvernement a rappelé les facilités offertes aux investisseurs étrangers à Maurice. Il a souligné que les investissements indiens dans le pays durant les derniers cinq ans se sont élevés à Rs 6 milliards. Ce qui équivaut à des investissements annuels de Rs 1 milliard par rapport à Rs 80 millions au cours de 20 années précédentes.
Pendant son séjour en Inde, Navin Ramgoolam a rencontré la présidente indienne Pratibha Devisingh Patil et le Premier ministre Manmohan Singh. Des rencontres avec les ministres des Finances, des Affaires étrangères, de Pétrole et du Gas et du Commerce indien étaient aussi au programme.
La convention de non-double taxation est revenue à plusieurs reprises sur le tapis pendant la visite de Navin Ramgoolam. Dans une déclaration commune à la presse après sa rencontre avec le ministre indien du Commerce Anand Sharma mercredi, le Premier ministre n’est pas passé par quatre chemins pour exprimer son point de vue sur la perception de la DTAC en Inde. « Too often, the Indian Mauritius Double Taxation Avoidance Convention has been, we feel, the butt of an unfair criticism, despite the fact that the vulnerability of the treaty has been upheld time and again in legal instances. There has been much exaggeration. We also do not want to hage round tripping money laundering or corruption », a-t-il affirmé.