S’il y a bien un entraîneur qui a retrouvé la banane récemment, c’est bien Randhir Pertaub. Victorieux lors de la journée inaugurale puis absent du box des vainqueurs jusqu’au 16e acte, l’entraînement Pertaub a récidivé avec son désormais célèbre Jambamman, qui a doublé la mise samedi dernier dans l’épreuve de clôture. Et il semblerait que le bai brun n’est pas prêt de s’arrêter en si bon chemin, pour le plus grand bonheur de son entourage.
Ce fils de Kildonan avait terrassé ses adversaires le 19 juillet dernier au terme d’une splendide accélération sous la selle de Vinay Naiko, et ce non sans avoir manqué le départ ce jour-là. Il semblerait que c’était la dropped noseband qui était en cause et cet équipement fut enlevé sur les recommandations de son cavalier du jour. « J’ai accordé un petit break à Jambamman après sa dernière course et on lui a changé un équipement sur les conseils de mon ami Vinay Naiko qui m’avait dit qu’il fallait peut-être songer à une noseband vu que le cheval était mal sorti des boîtes à sa dernière participation. On est donc allé de l’avant avec cette idée après en avoir discuté avec Jean-Roland Boutanive qui est mon jockey attitré en ce moment. Il y avait certes une petite inquiétude mais j’étais confiant que le cheval allait bien courir. J’ai été très satisfait de son travail de vendredi dernier et j’espère qu’il pourra nous ramener encore une ou deux victoires cette année », s’est félicité l’entraîneur à l’issue de la course.
Il faut dire que Jambamman était attendu au tournant après sa démonstration du 16e acte, mais Randhir Pertaub avait entière confiance en son jockey afin de mener son poulain à bon port. « J’avais demandé à Jean-Roland de ne pas se mettre la pression car c’est un bon cheval. Vu son mauvais couloir, je lui ai conseillé de bien sauté et d’essayer de courir plus proche du pas mais de ne pas s’inquiéter s’il n’y arrivait pas et de le courir à ce moment-là en arrière-garde comme la dernière fois. Fort heureusement, la course s’est déroulée plus ou moins comme on s’y attendait et je remercie Jean-Roland Boutanive qui me donne un grand coup de main, de même que toute mon équipe de palefreniers. Je souhaite que les choses continuent ainsi ».
Prince Of Troy encore loin de son meilleur niveau
Le cavalier mauricien, que Turf Magazine a rencontré mardi matin à l’issue du training, s’est fait l’écho de son entraîneur quant à la confiance qu’il avait aussi placée en Jambamman. « En analysant son parcours sud-africain, j’ai vu qu’il avait déjà couru une muserolle et j’ai demandé qu’on enlève l’ancien équipement. Selon moi, ce n’est pas un cheval qui tire mais c’est plutôt un coursier assez keen et il faut qu’on reste assez vigilant à ce sujet ». Même s’il a gagné en roue libre, on pourrait cependant avancer que le Mauricien s’est compliqué la tâche en entamant la ligne d’arrivée en épaisseur, mais notre interlocuteur a tenu à apporter une précision à cet effet.
« J’ai décidé de prendre l’option extérieure du fait qu’il y avait un cheval sur mon flanc (NDLR : Hills Of Rome) qui était en train de faiblir et j’ai dû le pousser un peu pour pouvoir sortir dans le dernier virage. Je n’ai pas eu à bousculer Jambamman durant la course parce que je savais qu’il avait un bon dash et j’ai attendu la ligne droite pour le monter. C’est un bon cheval et je n’ai aucun doute qu’il continuera à gravir les échelons sur notre turf ». Plus tôt dans la journée, le jockey mauricien était en selle sur Prince Of Troy. Bien qu’il estime avoir été gêné en deux occasions, évitant même de peu la chute, Jean-Roland Boutanive pense que sa monture est encore loin de son meilleur niveau et qu’elle mérite d’être revue.
Et quid des ambitions du cavalier mauricien pour le reste de la saison ? « Je suis pour le moment attaché à l’entraînement Pertaub. Je m’entends très bien avec Randhir et j’espère que notre association continuera. C’est quelqu’un de très jovial et sympa et je ferai de mon mieux pour lui ramener le maximum de victoires d’ici la fin de la saison ».