Si l’on affichait du pessimisme il y a environ un mois en ce qu’il s’agit de l’avenir de l’entraînement Pertaub, l’espoir est permis au vu de la surprenante victoire de Marine Sky en dépit du fait qu’il ne reste que cinq journées régulières avant la fin de la saison et trois victoires de plus à ramener pour que la licence de Randhir Pertaub soit renouvelée en 2016.
Si Jambamman avait dominé ses adversaires pour la troisième fois d’affilée à l’issue d’un coup de reins dévastateur, il a été émulé par Marine Sky de par la façon dont il a disposé de ses rivaux dans un lot, certes, peu compétitif. Il fallait remonter à assez loin dans le temps pour voir en cet alezan une performance significative. Du reste, il ne comptait qu’une victoire sur notre hippodrome. C’était en juin 2013 alors qu’il défendait les chances de l’écurie Rousset. Depuis, malgré quelques tentatives honorables, il n’avait pu retrouver la winner’s enclosure, d’où la constante baisse de sa valeur et son transfert au sein de son nouvel établissement il y a environ un an. Randhir Pertaub essaya différentes formules et il trouva finalement la bonne à sa dixième tentative. Outre le fait d’avoir décelé un ennui au niveau des pieds du cheval, le changement de harnachement contribua également à sa performance améliorée. Cette fois, la drop noseband lui avait été enlevée, mais il était muni à nouveau d’oeillères, mais aussi de pacifiers avec lequel équipement il n’était pas passé inaperçu une semaine plus tôt à l’heure des galops. Toutefois, son entraîneur avait choisi de le faire courir «sans» à sa sortie précédente. Certes, Marine Sky n’était handicapé qu’à 54kg contre 62kg pour Isipho, mais il était aussi rallongé par 200m. Cependant, à en juger par sa forme longiligne, on était en droit de croire qu’il possédait de la tenue.
La victoire de Marine Sky laissa plus d’un pantois. Son cavalier fut d’ailleurs le premier surpris si l’on se fie à sa déclaration. «Je ne m’attendais franchement pas à cette victoire. Comme vous le savez, il peut y avoir beaucoup de surprises dans les courses de chevaux. Pour être franc, je n’accordais personnellement aucune chance à Marine Sky, même s’il avait changé d’équipement, surtout de la façon dont il avait couru une semaine auparavant, mais je suis heureux qu’il m’ait prouvé le contraire aujourd’hui», dira Dinesh Sooful.
Longtemps aperçu à l’extérieur parmi les derniers, Marine Sky fut lancé en épaisseur dans la dernière courbe. On croyait qu’il allait payer cet effort dans la ligne d’arrivée, mais il trouva les ressources nécessaires pour résister au malheureux Please To Progress avec une certaine assurance. «Je pensais qu’il allait suivre de plus près cette fois, mais il est resté en queue de peloton. Il m’a bien surpris par le style avec lequel il s’est imposé. Lorsque j’ai tourné dans la ligne droite, j’ai été un peu surpris de me retrouver aussi près de Mo Ichi Do. Mon cheval ne m’avait pas donné l’impression d’accélérer autant. Je pense que c’était plus le fait que les autres faiblissaient. Je suis très content pour Randhir Pertaub, un ami que j’ai connu avant même qu’il n’intègre le giron hippique. J’ai toujours voulu remporter une course pour lui et je suis très content qu’il m’ait offert deux montes aujourd’hui», a déclaré le cavalier mauricien qui enregistrait son quatrième succès de la saison, cinq semaines après avoir causé la surprise sur Parceval pour le compte de Ricky Maingard.
Sooful était également associé à Spacebeam dans l’épreuve d’ouverture, mais il se contenta d’une modeste huitième place à 5L du vainqueur. «Spacebeam a été égal à lui-même mais il se pourrait bien qu’un jour il nous surprenne comme Marine Sky l’a fait aujourd’hui», a lancé notre interlocuteur.
Randhir Pertaub comptabilise désormais cinq victoires, mais suite à la performance de Marine Sky, il semble en mesure d’atteindre les huit victoires requises pour le renouvellement de son permis. Du reste, ses chevaux, à l’instar de Pageantry, Dreams Come True, Social Network ou encore Prince Of Troy, semblent avoir amorcé un net regain de forme récemment. Guidés par Jambamman, ils peuvent également se sentir pousser des ailes en cette fin de saison.