L’école de Mont-Désir à Vacoas se faisant trop petite, il est temps pour la Ranger Foundation (RF) d’aller vers de nouveaux horizons : la construction d’un centre spécialisé pour handicapés physiques capable d’accueillir et scolariser jusqu’à cent jeunes. Une collecte de fonds publique sera organisée aujourd’hui et demain. Rencontre avec Lance Ranger, le fondateur de la RF.
« L’école de Mont-Désir à Vacoas, n’étant pas très grande, a des avantages comme des désavantages. La logistique est simple. Tout est concentré. Mais nous sommes souvent contraints de refuser certaines demandes », explique le fondateur du Ranger Foundation Trust (RFT). Et Lance Ranger ne veut plus refuser les demandes. Après quatre ans d’existence, il est donc temps de passer à autre chose. Dans les 12 prochains mois, il ira de l’avant avec un projet de centre spécialisé pour handicapés physiques qui pourra accueillir et scolariser plus de cent enfants et jeunes, soit quatre fois plus qu’à Mont-Désir.
Un terrain au centre de l’île à Pinewoods, sur un site de la Sugar Investment Trust, sponsor de RFT, a déjà été identifié. Les plans ont aussi été édifiés. Et la machine est bien en route. Mais les coûts, à hauteur de Rs 30 millions, doivent mobiliser « le plus grand nombre ». « Le moindre sou compte », confirme Lance Ranger. Une quête nationale débutera dès demain pour prendre fin dimanche. Lance Ranger sera présent au Trianon Shopping Park ou à Bagatelle pour collecter des fonds.
Le fondateur du RFT est un avocat anglais qui a créé il y a 11 ans
sa société de gestion offshore à Maurice. Sensible au bien-être des handicapés – son fils aîné étant lui-même déficient physique –, il se rend compte qu’à Maurice, les moyens manquent encore. « Il ne s’agit pas d’une critique mais juste d’un constat ». Lance Ranger, jouissant d’un situation confortable a pour sa part toujours pu subvenir aux besoins de son fils Oliver. Il s’agissait ainsi pour lui de tout mettre en oeuvre pour que des enfants et jeunes mauriciens handicapés physiques – mais n’étant pas déficient intellectuellement– puissent poursuivre leur éducation dans les meilleures conditions : enseignement et environnement adapté, personnel qualifié, entre autres. Le centre de Pinewoods progresse vers cet idéal. Il comprendra une école – au syllabus mauricien – et un centre de thérapie. Il n’y aura aucun frais de scolarité encouru. Une contribution à tout ce qui est thérapie est néanmoins prévue. Et de noter par ailleurs que Curatus, trustee du RFT, a également reversé ses profits pour l’année écoulée à la construction du centre.
De l’Est à l’Ouest
À la manière des philanthropes les plus médiatisés, Lance Ranger s’efforce de donner un souffle international à sa fondation qui oeuvre pour cette jeunesse mauricienne. Il faut créer l’événement, se faire voir de ses contacts, engranger les dons de Maurice et également d’ailleurs. « Mon client, un ami, un partenaire voit ma photo et peut se demander : qu’est-ce que Lance fait emmitouflé dans de la laine avec des stalactites de glace lui pendant au nez ? » Que fait-il en effet ? Il s’engage dans des expéditions dans des lieux aux températures extrêmes… vers le négatif. En 2007, c’était le pôle Sud. En 2009, le pôle Nord. En 2011, la 500 km Finnmarksloepet dog sled race. Et en avril 2013, il tentera « l’Est en Ouest ». Direction ainsi du Greenland, expédition qui coïncidera avec le 125e anniversaire de la Nansen Route. Il s’agira d’une marche de 500 km en quatuor, sans chien, à 2 500 km d’altitude et des températures variant de -40° à -30°. Les initiatives de la fondation peuvent être consultées sur www. therangerfoundation.org.