Asha Guness, l'ancienne directrice de la Vedic Social Organisation

Asha Guness, ancienne directrice de la Vedic Social Organisation, compte bel et bien réagir face à l’enquête de l’Ombudsperson for Children, sévèrement critique contre elle et l’organisation.

L’ex-directrice des abris a affirmé que les conclusions de l’enquête de sept mois, révélées hier, constituent des « allégations graves contre ma personne ».

Elle va même jusqu’à parler de « vendetta politique » car, selon elle, « tout le monde était déjà au courant de mes couleurs politiques ».

« Je n’ai pas fauté. Le rapport parle de violations des droits des enfants. Est-ce que empêcher mes pensionnaires de se droguer, de se faire des tatouages ou encore des piercings est une faute? », a-t-elle lancé à lemauricien.com.

Pour elle, les sept mois d’enquête n’était qu’une « tentative pour m’empêcher de faire mon travail ».

Asha Guness considère que cette affaire comme une « vengeance politique ». Elle compte bien « aller de l’avant » pour s’en défendre mais cela « après les festivités de Maha Shivaratree ».

Pour rappel, l’Ombudsperon a soumis un rapport accablant sur la gestion des abris de la Vedic Social Organisation et sa directrice Asha Guness. Le rapport met en lumière la « maltraitance » envers les enfants et une « mauvaise gestion » à plusieurs niveaux, surtout financier.