Le ministre des TIC, Tassarajen Pillay Chedumbrum, a décidé d’intervenir dans le litige entre les syndicats d’employés et la direction de Mauritius Telecom (MT), après les conclusions du rapport de l’arbitrage effectué par la juge Premila Balgobin au sujet des conditions de salaires et des avantages pour la période 2012-2016. Le dossier devait être discuté au conseil des ministres aujourd’hui.
Les services de la juge Premila Balgobin avaient été, pour rappel, retenus pour trancher sur le litige entre la direction de Mauritius Telecom et les trois syndicats d’employés, la Mauritius Telecom Employees Association (MTEA), la Telecommunication Employees and Staff Association (TESA) et la Telecom Workers Union (TWU), au sujet des conditions de salaires et des avantages pour la période 2012-2016. Les conclusions de l’exercice d’arbitrage avaient été présentées le 27 mai dernier aux parties respectives et celles-ci ont subséquemment suscité une vague de déception et d’amertume au niveau des syndicats.
À ce jour, le désaccord subsistant après le rapport Balgobin concerne quatre points : le taux de l’augmentation salariale préconisé par le rapport, qui est de 16,7 % alors que les syndicats avaient demandé une marge de 25 % à 36,6 % ; la restauration des 37 jours d’annual leaves et 120 jours de accumulated leaves comme préconisé par le rapport Matadeen ; le cas des 131 employés n’ayant pas opté pour le rapport du Commissaire salarial Appana en 2008 et qui par la suite ont été intégrés au rapport Balgobin mais qui, au final, ne bénéficieront pas d’arriérés remontant à juillet 2008 ; et en dernier lieu, la rétrogradation d’employés des grades SS3 a et SS8a.
Les syndicats ont exposé leurs doléances lors d’une rencontre hier avec le ministre de tutelle en vue de solliciter son appui pour revoir ces conditions, bien que la décision du juge Balgobin après cet exercice d’arbitrage soit « final, without appeal and binding ». M. Pillay Chedumbrum a par la suite tenu un point de presse durant lequel il a principalement demandé à la direction de MT de faire preuve de « bon sens » et de se montrer « raisonnable » en vue de considérer les demandes des syndicats et des employés, qui fait-il remarquer, sont « justifiées et raisonnables ».
Commentant les résultats du bilan financier 2013 qui ont été présentés durant la semaine écoulée, avec des profits nets de Rs 1,4 milliard, un chiffre d’affaires de Rs 8,5 milliards et des bénéfices bruts de Rs 6,9 milliards, le ministre devait déclarer : « C’est très bien, mais on n’arrive pas à ces résultats comme cela, il a fallu l’effort des employés pour arriver à une telle performance ». Mauritius Telecom, souligne-t-il, n’est une compagnie en difficulté financière. Il devait faire la comparaison avec d’autres corps para-étatiques du GM tels que le CEB, AML et la SICOM qui ont respectivement proposé des augmentations salariales de 26 %, 24 % et 22 %, tout en déplorant que le rapport Balgobin propose une augmentation de 16,7 %. Un chiffre raisonnable, pour le ministre, serait de 25 %. « Il faut de l’équité et une justice sociale. Je ne veux pas une situation comme à France Telecom », dit-il, faisant référence aux cas de suicides intervenus à FT.
Avant ce point de presse, le ministre a eu une rencontre avec les dirigeants des trois syndicats d’employés de MT. Il a par la suite rencontré le président du conseil d’administration de MT, Asraf Dulull, pour soulever la question de révision des conditions de salaires, qui devait être également à l’agenda lors de la séance du conseil des ministres aujourd’hui. Les syndicats, de leur côté, conservent de grands espoirs envers le cabinet meeting du jour et le prochain board meeting de MT prévu le 26 du mois. Entre-temps, ils sollicitent une rencontre urgente avec la juge Balgobin pour discuteur des points litigieux. Au cas contraire, affirme Raj Rughoonauth, le président de la MTEA, les syndicats demanderont à être remboursés…