Le Bureau Central des Statistiques (BCS) a publié la semaine dernière son rapport sur le secteur des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) pour l’année 2010. Il y fait état d’une augmentation de seulement 200 abonnés Internet entre 2009 et 2010, un chiffre qui a surpris plus d’un. Cette faible croissance s’explique selon l’ICTA par le fait que les utilisateurs du bas débit ont migré vers le haut débit.
La différence entre le nombre d’abonnés à Internet comptabilisé en 2010 et celui de 2009 laisse perplexe. Le rapport du Bureau central des statistiques (BSC) révèle en effet qu’à fin 2010 ce nombre a atteint 284 200 contre 284 000 l’année précédente, soit une hausse de 200 abonnés uniquement. Selon ce document, le nombre d’abonnés à Internet par 100 habitants en 2010 est de 22,1. Un chiffre légèrement inférieur à celui de 2009 qui était de 22,2.
Le BCS s’appuie sur les données fournies depuis quelques années par l’Information and Communications Technologies Authority (ICTA) et d’autres sources pour soumettre son rapport sur le secteur des Technologies de l’information et de la communication (TIC). Les statistiques de l’ICT Observatory, créée par l’ICTA, indiquent aussi que le nombre de « total internet subscriptions » était de 284 000 en 2009 et de 284 200 en 2010, ce qui confirme la différence de 200 abonnés, comme stipulé dans le rapport du BCS.
Selon les explications de l’ICTA, il faut tenir en compte et distinguer le nombre d’abonnés au bas débit et au haut débit (connexion internet à partir de 128 Kpbs) à fin 2009 et 2010. Le total broadband internet subscriptions était de 251 800 fin 2009 et de 258 500 fin 2010, soit une différence de 6 700 abonnés au haut débit. Ce qui indique une hausse comparée au nombre d’abonnés au bas débit entre 2009 et 2010 ; 32 200 à fin 2009 et 25 700 à fin 2010. Selon les responsables de l’ICTA, il y a eu une migration des abonnés au bas débit vers le haut débit.
Shyam Roy, CEO de Emtel, soutient que la tendance mondiale démontre que le nombre d’abonnés ne peut qu’augmenter. Sarat Lallah, CEO de Mauritius Telecom, parle quant à lui d’une forte croissance enregistrée par Orange pour le service Internet et ADSL. 
Tassarajen Pillay Chedumbrum, ministre des TIC, explique de son côté qu’il faudrait faire la nuance entre le nombre d’abonnés inscrits et le nombre d’utilisateurs. « Il y a un seul abonné et plusieurs utilisateurs. De plus avec les Computer Clubs et les ordinateurs mis à la disposition de la population gratuitement un peu partout dans les communautés, c’est clair que le nombre d’utilisateurs est plus important que le nombre d’abonnés. Ce chiffre est vérifiable », dit-il.