« Le rapport du Dr Guy Carcassonne n’est qu’un ingrédient : la recette c’est le Mauricien qui la créera. Lui connaît la conjoncture et la réalité de son pays, et non l’étranger. Certes, nous pouvons nous servir de leurs recommandations pour la démocratie, mais c’est au Mauricien de les ficeler. » C’est en ces termes qu’Eric Guimbeau, leader du Mouvement Mauricien Social Démocrate (MMSD), a commenté le rapport remis au Premier ministre dans le cadre de la réforme électorale, au cours de son dernier point de presse de l’année, tenu vendredi.
Ce point de presse était l’occasion pour le leader du MMSD de livrer ses commentaires sur l’actualité politique, mais également de présenter le Dr Radhika Jagatsingh, fille du défunt sir Kher Jagatsingh, tribun du Parti travailliste, en tant que nouveau membre de son parti.
Selon le député de la circonscription Curepipe/Midlands, les lacunes du rapport Carcassonne sont dues aux Terms and Conditions définis par le Premier ministre, et auxquels le Pr Guy Carcassonne déclare avoir essayé d’être le plus fidèle. Aucune mention, dit Eric Guimbeau, n’est faite de l’abus des appareils médiatiques, notamment de la MBC. Il estime à ce sujet que le même temps d’antenne doit être indistinctement accordé à tous les partis politiques. « Pas acoz ou enn ti parti ki sa veut dire ki ou lidee tipti. Bizin donn zot tou zot sans pou epanouir », dit-il.
En ce qui concerne le langage abusif ou communal, souvent relevé au cours des campagnes électorales, Eric Guimbeau pense que l’institution d’un comité pour contrôler et modérer ce genre de propos s’avère nécessaire. Évoquant également le sujet des donations aux partis politiques, il estime qu’il est grand temps de contrôler les financements des partis. Enfin, le leader du MMSD s’est dit ouvert à toute réforme électorale qui contribuera à consolider la démocratie et faire avancer le pays.
Autre volet abordé au cours de sa conférence de presse : la nouvelle Local Government Act. Il a ainsi demandé, entre autres, que les élections soient prévus pour avril 2012, soutenant qu’ « il est temps de procéder à un grand nettoyage de nos municipalités ».
Le leader du MMSD s’est également exprimé sur la publication du rapport de la Commission Justice et Vérité. Il a salué la démarche de l’Évêque de l’Église catholique visant à participer à la demande de pardon national. « Il faut le faire et tourner la page pour avancer et écrire l’île Maurice de demain », conclut-il.
Prenant auparavant la parole, Radhika Jagatsingh a fait état de sa vision des choses. Pédiatre de profession, elle déclare avoir à coeur le bien-être des enfants, tant au niveau psychologique qu’éducatif. Ayant déjà été active au sein de l’aile féminine du Ptr, avant de prendre ses distances de la politique en 2000, elle s’est jointe au MMSD d’Eric Guimbeau, car elle estime ce parti comme une plateforme idéale pour faire entendre sa voix.