La Tertiary Education Commission (TEC) vient de rendre public son rapport annuel sur le taux d’admissions dans le secteur tertiaire. L’année 2014 a connu une baisse dans le taux d’admissions dans les institutions publiques alors que le nombre d’étudiants optant pour des études à l’étranger a augmenté. Le nombre d’étudiants au total pour 2014 est de 50 608, dont 55 % sont des filles. Une fois de plus, les statistiques de la TEC démontrent un penchant pour des études en comptabilité et gestion alors que de plus en plus de jeunes vont à l’étranger pour étudier la médecine. Le Mauritius Institute of Health a connu cette année une baisse considérable du nombre d’étudiants enregistrés pour des specialised programmes en médecine, le nombre passant de 100 à 8 étudiants.
Publié chaque année, le rapport de la Tertiary Education Commission, intitulé Participation in Tertiary Education, recense les admissions dans des institutions publiques et privées, ainsi que le nombre de ceux qui partent à l’étranger ou choisissent une formation à distance. Les remous qu’a connus l’enseignement supérieur l’année dernière semblent avoir eu un effet sur le taux d’admissions dans nos institutions, car si le nombre d’étudiants au total a augmenté, passant de 50 579 en 2014 à 50 608 en 2015, le nombre de jeunes inscrits dans les institutions publiques a considérablement baissé. À part l’Open University qui a presque doublé sa population estudiantine en 2014 (de 1 512 à 2 841, + 88 %) et le MGI qui a enregistré une légère augmentation de 592 à 619, la TEC note que les institutions publiques ont été incapables de soutenir leur expansion puisqu’elles ont connu une baisse du taux d’inscription. L’Université de Maurice a ainsi enregistré une baisse de 4,1 %. En 2014, l’UOM proposait un total de 197 programmes allant du certificat au doctorat, dont 134 étaient de niveau licence ; 9 521 étudiants étaient inscrits pour une Licence (79,4 %), 1 062 pour un Post Graduate (8,9 %), alors que 171 élèves faisaient des recherches au niveau MPhil/PhD. 8 505 étudiants sont inscrits à temps plein. Excepté celle d’agriculture, toutes les facultés ont connu une baisse du nombre d’étudiants : sciences sociales et humaines -6,9 %, ingénierie -6,7 %, Law & Management -2,1 % et Science -1,5 %. L’Université de Technologie a connu l’année dernière son plus faible taux en cinq ans avec une baisse de 11 %. La majorité des étudiants dans cette institution sont inscrits à temps partiel et contrairement aux autres institutions la plupart sont des hommes.