Au niveau du Ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS), le rapport de l’Audit a ciblé le stade Anjalay à Belle Vue, le stade St François Xavier à Port Louis, la piscine Le Pavillon à Quatre Bornes et le projet d’un vélodrome à Camp Levieux. Pour ce qui est du stade Anjalay, il est stipulé entre autres que les travaux n’ont pas été complétés dans les délais prescrits. Ce qui est également le cas pour le stade St François Xavier. Pour ce qui est de la piscine Pavillon, le coût final du projet n’a pas été soumis, tandis que l’abandon du projet d’un vélodrome à Camp Levieux est déploré dans le rapport.
Stade St François Xavier
La rénovation et les améliorations à être apportées au stade St François Xavier à Port Louis afin qu’il soit de niveau international, font donc l’objet du rapport de l’Audit. Ces travaux devaient être complétés en juin 2012, mais n’étaient pas achevés en mars 2013. Il a été établi que le contrat pour les services d’un consultant, alloué pour la somme de Rs 1, 808, 000 en octobre 2007, a été revu pour se situer à Rs 4, 842,456. Et ce, suite à une révision du coût du projet et des modifications au niveau des travaux en février 2012. Jusquà avril dernier, des paiements au consultant se sont élevés à Rs 4, 396, 703. En décembre 2012, ce dernier avait  réclamé une somme additionnelle de Rs 803, 157 pour d’autres travaux à être entrepris, suite à des instructions du Ministère. Cependant, au cours de l’année 2013, le consultant avait soumis plusieurs réclamations au Ministère pour cette somme additionnelle. L’avis du Ministère des Infrastructures Publiques avait même été requis. Toutefois, plus d’une année plus tard, le problème n’a toujours pas été résolu.
Il est à noter que le rapport de l’Audit soumis en 2012 avait fait état de plusieurs imprévus concernant ce projet, et cela avait fait l’objet de longues discussions lors des réunions du Public Accounts Committee en mars-avril 2014. Les travaux avaient débuté en octobre 2010, et la première partie devait être complétée le 7 décembre 2011. Toutefois, un délai additionnel de 182 jours avait été accordé au contracteur. Au bout du compte, les travaux devaient être complétés le 17 décembre 2013, soit 18 mois après la date prévue, avec une liste de travaux additionnels s’élevant à Rs 1,160, 900.
Le rapport note toutefois qu’aucun document ne vient approuver l’étendue des travaux au-delà de juin 2012, et que les responsabilités pour ce délai n’ont pas été établies. De plus, le coût final du projet n’a pas été soumis au MJS, alors que les paiements au contracteur se sont élevés à Rs 56,390, 439. Toujours est-il que le MJS soutient n’avoir pas eu la co-opération totale du Consultant, et qu’il n’était pas favorable au paiement additionnel de Rs 803, 157. Qui plus est, les coordinateurs  qui se sont succèdés pour ce projet ont failli dans leur tâche pour l’implémentation du projet. Les retards afin que le projet sont complétés sont donc dûs aux instructions tardives du MJS, les conditions atmosphériques, et le retard dans le feu vert à être accordé par le Central Electricity Board, la Central Water Authority et la Wastewater Management Authority.
Piscine Pavillon
Concernant la rénovation de la piscine Le Pavillon à Quatre Bornes, estimée en novembre 2012 à Rs 1,8 millions (VAT incluse), le rapport souligne que Rs 1 966 500, soit 95% de la somme contractée, a été versée au consultant au cours de l’année 2013. Les 5% restants s’élevant à Rs 103 500 devant être payés après la soumission et l’approbation du rapport final qui étaient encore attendus. Le montant à payer au consultant représentait 36% des travaux de réparation certifiée août 2013.
Quant au MJS, il explique que les services du consultant ont été retenus sur avis du ministère des Infrastructures publiques et de la National Development Unit,. Les conditions du consultant ont également été rédigées par ledit ministère.
Après l’exercice d’appel d’offres, le contrat pour éffectuer les réparations mécaniques et électriques au Pavillon a été attribué pour la somme de Rs 5 304 720 (VAT incluse) en mars 2013. Le site avait été remis au contracteur le 21 mars 201 et les travaux qui débutèrent le 18 mars devaient être complétés le 27 mars 2013. Toutefois, l’échéance fut repoussée au 19 juin en raison de la mauvaise condition du terrain. Le rapport fait aussi ressortir que le ministère n’a pas approuvé une quotation impliquant une liste de travaux variés s’élevant au coüt de Rs 407 825, soumis le 20 juin 2013.
Selon le contrat, trois filtres évalués à Rs 323 127 ont été fournis. Toutefois, au cours d’une visite du site le 11 juin 2014, il a été constaté que les trois anciens filtres ne pouvaient être replacés par les nouveaux qui étaient mis dans un coin à la piscine. Le coüt final du projet n’a pas encore été soumis. Au 31 aoüt 2013 une somme totale de Rs 5 451 811 incluant les travaux variés avait été payée au contracteur.
En ce qui concerne le MJS, une enquête au niveau du département a été mis en place pour ce qui est des trois filtres qui demeuraient inutilisés à la piscine, afin de déterminer les responsables. Suite à cela des actions seront entreprises pour faire la lumière.
Vélodrome à Camp Levieux
Le rapport déplore également l’abandon de la construction d’un vélodrome/ centre récréatif à Camp Le Vieux. Un projet pour lequel 10 arpents de terrain avaient été identifiés en octobre 2010. En juin 2012, la fédération mauricienne de cyclisme (FMC) avait soumis un plan préliminaire du vélodrome au MJS tout en indiquant que le projet sera soutenu par une organisation internationale. Au coût de Rs 1 050 000, le contrat pour le déblayage du terrain fut alloué le 7 novembre 2012 au soumissionaire comme recommandé par le Bid Evaluation Committee (BID). Les travaux furent complétés en décembre 2012.
Le MJS décida également d’allouer un contrat pour nettoyer le terrain en novembre 2012 et le paiement effectué après l’achèvement des travaux.Toutefois, lors d’une visite du site effectuée en mai 2014 par les officiers de l’Audit, le terrain avait été trouvé dans un état d’abandon et en friches. Le projet de vélodrome/complexe récréatif n’a donc jamais été entrepris et le terrain devra être une nouvelle fois déblayé si le projet se matérialisait, souligne-t-on..  
A tout cela, le MJS a réagi en disant que le déblayage du terrain devait se faire du fait que le ministère des Terres et du logement qui fut approché pour entreprendre l’exercice d’ancrage avait informé que le terrain était en friche et couvert d’arbres. Le nettoyage du terrain était impératif du fait que la FMC informa le MJS qu’elle mettrait en oeuvre le projet à ses propres frais en comptant sur l’assistance d’une organisation internationale.
Reste qu’en juin 2013, précise le ministère, la FMC l’informa que l’instance internationale n’allait contribué que 2 000 Euros ( Rs 80 000). Et vu que d’autres sponsors ne réagissaient pas  favorablement, le projet a ainsi été mis en suspens.
Stade Anjalay
En mai 2012, le ministère avait informé que le gouvernement avait décidé de célébrer le 45e anniversaire de l’indépendance, le 12 mars 2013, au stade Anjalay. La responsabilité des travaux d’amélioration a été confiee au ministère concerné.
De ce fait, le ministère des Infrastructures publiques (MIP) et la division des services énergétiques (DSE) ont été désignés pour effectuer une estimation du coup des travaux. Un montant de Rs 35.5M a été alloué par rapport au budget estimé en 2013.
Une évaluation de la rénovation des travaux requis a été effectuée. Deux contrats ont été alloués en novembre 2012 et vingt autres pour l’amélioration des travaux, avoisinant la somme de Rs 12 500 à 9,2M, a été déboursée de janvier à février 2013.
Selon le rapport, le montant décaissé pour l’amélioration et d’autres travaux, entre janiver 2013 et mars 2014, totalisait les quelque Rs 42M. Un contrat pour davantage de travaux environ Rs 2.5M a été octroyée au préalable de la célébration de la fête nationale 2014. Selon les observations faites lors d’une visite sur le site en mai 2014, les travaux complétés pour la loge réservée aux VIPs et la salle de presse n’étaient pas adéquats.
Suite à un exercice d’appel d’offre en septembre 2012, le contrat a été alloué au soumissionnaire ayant donné le prix le plus bas soit R 6 350 300M (la TVA incluse), incluant une montant de Rs 1 380 000 le 15 novembre 2012. Le coût estimé comme soumis par le MIP était de Rs 10 433 000M. Le site a été transmis par le contracteur le 7 décembre. Les travaux ont débuté sept jours après et devaient être complétés dans les prochains 80 jours soit le 4 mars 2013.
Le contrat administrateur pour le projet était l’achitecte de la section du MIP, mais en janvier 2013, le ministère a désigné son représentant pour assurer la coordination de tous les travaux de rénovation du stade Anjalay et informant le MIP par conséquent. Le MIP a fait ressortir que cette procédure n’était pas en ligne de sa pratique, mais a demandé de proposer des solutions du coordinateur du projet pour éclaircir le MIP par rapport au projet confié seulement par le MIP et à la DSE.
Toutefois le coordinateur du projet a donné des instructions des travaux totalisant Rs 883 740 et certifié les paiements et aussi un montant de Rs 1,6M  en ce qui concerne un certificat de paiement sans informer le MIP. Des instructions ont été données suite à des visites et des demandes verbales venaient de cadres d’autres ministères, alors que les notes procès verbaux suite aux visites n’étaient pas disponibles.
Le rapport souligne que la responsabilité en ce qui concene la disposition pour l’accès aux voitures des VVIP a été attribuée au ministère en juillet 2012. Toutefois, pour un besoin urgent avec l’entrée temporaire des voitures des VVIP, il a été décidé d’effectuer en février 2013, un mois auparavant de l’événement, ces travaux étaient estimés à Rs 2 313 264.
Les variations du contrat principal, incluant les travaux effectués sous les instructions du coordinateur du projet totalisant Rs 4 859 224 (incluant la TVA) et représentait environ 77 pour cent du contrat alloué. Ce qui exédé la limite des 30 pour cent autorisé sous les «Procurement Regulations».
Une évaluation adéquate des travaux n’a pas été fait au commencement, en raison de l’urgence des travaux, les procédures nécessaires pour les variations de travaux n’ont pas été suivies. De cotations et l’approbation par rapport aux travaux additionnels alloués après les instructions du coordinateur du projet n’ont pas été documentées.
Le rapport déplore le coût excédentaire quant au remplacement des marches en béton par des marches en acier et les nombreux défauts relevés dans les travaux additionnels et non entrepris. Il pointe aussi du doigt les retards dans la date de livraison, la non soumission au 31 mai 2014 des certificats de garantie et le paiement total de Rs 7 890 625. « Aucune action n’a été prise contre le contracteur. Par contre, le MPI a alloué davantage de travaux au même contracteur pour Rs 2,5 millions au 18 février 2014 dans le contexte des célébrations de la fête nationale.» Mais selon le MJS, les travaux majeurs de rénovation étaient nécessaires du fait que la fête nationale allait y être pour la première fois célébrée. Le gouverment en avait décidé ainsi le 18 janvier 2013. Les dépenses y relatives allaient être puisées du budget 2013. De plus, le comité d’organisation insista pour que tous les travaux soient complétés au plus tard la troisième semaine de février 2013 pour les besoins de répétition générale. Le Project Coordinator était chargé de superviser les réparations et les travaux de rénovation.
Si le département de l’Audit a montré du doigt les travaux de rénovation, il va plus loin en détaillant les dépenses concernant les travaux de peinture et électriques liées au stade du nord de l’île.
Il est reproché au ministère d’avoir alloué des contrats sans avoir ouvert une ligne de négociations. Ainsi, on note que des contrats d’une valeur de Rs 6 037 500 ont été octroyés, alors que les coûts étaient estimés à Rs 4 M. « No negotiation was carried out with the Contractor », écrivent les auditeurs.
Sous l’item « Supply, Fix and Commissioning of Flood Lights », le MJS a décidé de changer 45 projecteurs défectueux. Après un appel d’offres, le contrat a été alloué pour la somme de Rs 3 283 537, soit, un montant de Rs 72 967 pour chacun des 45 projecteurs. Cependant, l’Audit avance que le contrat pour le remplacement de avait déjà été alloué depuis 2010. En outre, il est également reproché au MJS de ne pas avoir eu recours à l’avis d’un technicien pour confirmer le nombre de projecteurs défectueux.
Encore une fois, le rapport épingle le MJS, car les estimations s’élevaient à Rs 1 M, mais que le ministère a accepté une offre de Rs 3 283 537, soit 228 % plus chère que le prix initial.
Dans sa réponse, le MJS évoque l’urgence de la situation. « It would not have been possible to cancel the bidding exercise. »
De plus, le rapport de l’Audit montre également que la somme totale pour les travaux de peinture se chiffre à Rs 8 847 169 pour les mois de janvier à février 2013. Ainsi, un contrat de Rs 175 000 pour la réfection d’un mur non-identifié, l’achat de peinture, pour un montant de Rs 339 327, et de nouveaux travaux sur une surface totale de 15 093 mètres carrés, se sont chiffrés à Rs 2 295 342.
Le département de l’Audit met également à jour un tableau, avec une série de contrats alloués depuis 2010 pour la rénovation du stade Anjalay. Ainsi, du 29 janvier 2010 au 25 janvier 2014, Rs 25 932 262 ont été allouées à la réfection de cette infrastructure.
2010 a été l’année où les travaux ont coûté plus cher, avec Rs 12 410 800 en janvier alloués pour la remise en état des instalations électriques. Suit, novembre 2012, avec Rs 5 818 500, pour l’achat, l’instalation, la mise à l’essai, entre autres, des travaux électriques. Ensuite, janvier 2013, avec Rs 3 283 537 pour l’achat et la mise en place, entre autres, des travaux électriques.
En janvier 2014, le MJS allouait encore une somme de Rs 2 178 675 pour remplacer les projecteurs défectueux et la mise à l’épreuve de nouvelles lampes électriques. De plus, une somme de Rs 97 750 a été allouée pour les réparations du main panel électrique.
Avril 2011 a été le mois où le MJS a été le moins dépensier. En effet, seulement une somme de 2 143 000 a été déboursée sous l’item « lighting facilities ».