L’University of Mauritius Academic Staff Union, qui se bat depuis trois ans pour la décentralisation au sein de l’institution, se dit heureux de voir que le rapport du visiteur Dev Manraj fait justice au plan de restructuration tant souhaité sur le campus. Dans un point de presse ce matin, les membres du syndicat sont revenus sur les principales recommandations de ce rapport, qui disent-ils, est un document complet qui n’attend qu’à être implémenté. « Ce rapport est long overdue, nous allons veiller au grain à sa mise en application », soutiennent les membres de l’UMASU.
« Le projet de restructuration ne date pas d’hier. L’UMASU a toujours été en faveur de la décentralisation car dernièrement tout était trop centré à un seul niveau et cela nous posait des problèmes pour aller de l’avant », a expliqué Preetee Gonpot, la présidente de l’Union. En effet, l’UMASU accueille chaleureusement le rapport. « Le visiteur n’a pas simplement écouté nos doléances, il a aussi apporté des solutions. Chaque section de l’Université trouve son compte dans ce rapport ». L’UMASU estime que le plus important est désormais l’implémentation du rapport au plus vite. Le vice-président de l’union, Kavi Khedo, est pour sa part revenu sur les principales recommandations, s’attardant sur l’importance des nouveaux postes proposés. Les problèmes de retards administratifs, d’infrastructures et de retard dans la prise de décisions, fait-il ressortir, étaient quotidiens. Ces nouveaux recrutements viendront ainsi apporter un changement à tout cela.
Le représentant académique sur le Council, Mono Bunwaree, soutient pour sa part que c’est un document fin prêt pour être mis en application, d’où la demande de l’UMASU pour qu’on ne tarde pas à l’implémenter. « Le Visiteur a fait un rapport complet, digne d’un travail d’expert, il n’y a aucunement lieu de revoir ou de discuter ce document qui a été approuvé et adopté dans son intégralité par le Council », dit-il. L’UMASU indique par ailleurs qu’à la demande du Council, le Premier ministre a donné son accord pour que le Visiteur collabore à mise en pratique des recommandations du rapport. « C’est clair que c’est dans la volonté du gouvernement d’apporter un changement au sein de l’Université de Maurice. Nous pensons que c’est bien parti et que nous allons vers le progrès », affirme M. Bunwaree. Le Dr Dinesh Hureeram, membre exécutif et ex-président de l’Union, s’est attardé sur les changements dans les statuts que préconise le rapport afin d’apporter plus de transparence. « Nous pensons que c’est une grande première : une institution sera appelée à fonctionner dans la transparence totale. Fini les réunions du Conseil tenues secrètes même parmi ceux concernés », dit-il. À noter que des changements seront apportés aux statuts de l’UoM afin que toute l’Université soit tenue au courant des réunions du Council. Les minutes of meetings seront circulées au sein du campus une semaine après les réunions. Cette initiative est bien accueillie par l’UMASU qui, il y a un certain temps, dénonçait les tentatives de gagging de la direction. Le rapport conclut que « there is an urgent need for the UoM structure to be radically altered to foster the development of a true knowledge hub. The priority should no longer be merely aggressive expansion, but rather a careful management of resources, good governance, gearing up a workforce for an increasingly competitive environment, and also integrating aspirations and expectations of students within the decision making process », relève l’UMASU, qui dit maintenant attendre que ce qui est proposé soit concrétisé.