Les travailleurs des cinq compagnies engagées dans ce secteur passeront aux urnes du 16 juillet au 2 septembre pour les actions syndicales à entreprendre suite au gel des recommandations du NRB pour une hausse salariale
Après la manifestation des travailleurs du secteur du transport en commun en mai dernier, l’Union of Bus Industry Workers (UBIW) en étroite collaboration avec la General Workers Federation (GWF) abordent une deuxième phase de leur combat dans le cadre de l’application de l’augmentation salariale recommandée par le National Remuneration Board (NRB). À partir de ce jeudi les travailleurs des cinq compagnies engagées dans ce secteur seront appelés aux urnes pour voter en faveur du rapport du NRB et des actions syndicales à adopter prochainement dont la possibilité d’une grève générale d’un jour.
À la mi-journée les dirigeants syndicaux de l’UBIW et la GWF ont tenu une conférence de presse pour dévoiler la stratégie derrière cette nouvelle campagne de mobilisation avec comme rendez-vous majeur cet exercice de vote dans les dépôts d’autobus (voir le calendrier complet plus loin). Alors que l’UBIW et la GWF augmentent la pression depuis quelques semaines pour la mise en application des recommandations du NRB préconisant une hausse salariale de 7 à 34 %, le ministre du Travail et des Relations industrielles, Shakeel Mohamed, essuie de sévères critiques de la part des syndicalistes qui lui reprochent son rôle de premier plan dans le retard pour la mise en application de cette révision salariale estimée à quelque Rs 440 M.
« Gouvernman pa finn respekté so parol. Gouvernman finn mank di respé 7 000 travayer transport. Olye aplik premye Rekomandasyon NRB lor ogmantasyon saler travayer transport, minis Travay finn re-anvoy rapor-la a NRB. Li finn sede a presyon patronal », disent les syndicalistes. Ainsi un appel est lancé pour la participation massive des travailleurs à ce vote pour contester vivement le gel des recommandations du NRB sur décision du ministre du Travail. « UBIW pe organiz enn vot a biltin sekre lor tou sit travay, dan tou konpani transport. Nou bizin vote pou fer tann lavwa travayer transport byin for. Si gouvernman pe viol so langazman, travayer transpor pena lot swa apar deklans bann aksion indistriyel pou defann so drwa lezitim a enn ogmantasion saler ek bon kondision danplwa. Seki NRB inn dir nou merite, bizin paye », poursuivent-ils.
Ce n’est qu’à l’issue de cet exercice de vote, qui prendra fin le 2 septembre, que les dirigeants du tandem UBIW-GWF entérineront la décision finale quant au prochain move syndical. « Se apre ki travayer inn exprim zot mem par biltin sekre, ki UBIW pou finaliz so desizyon lor aksion indistriyel ki pou ena dan sekter transpor pou fer respekte drwa travayer. » Les sources approchées indiquent qu’une grève générale d’une durée de 24 heures n’est pas à écarter surtout si le gouvernement campe sur sa position.