Sir Anerood Jugnauth dit espérer que le rapport sur la réforme de la loi sur la presse, rédigé par Geoffrey Robertson, ne soit pas mis de côté par le Premier ministre, Navin Ramgoolam, comme, dit-il, il a l’habitude de le faire. Le leader du Remake de 2000 commentait brièvement hier soir, lors d’un meeting à Bel-Air, le rapport de l’éminent juriste anglais.
Navin Ramgoolam, selon SAJ, a « pour habitude de mettre des dossiers dans un tiroir », comme cela a été le cas pour les recommandations du Fact Finding Committee, présidé par le juge Bushan Domah, sur les inondations du 26 mars 2008. Du coup, ce dernier se demande si le Premier ministre compte mettre en oeuvre les recommandations du juriste.
Le leader du Remake 2000, sir Anerood Jugnauth, est revenu hier sur l’institution d’une commission d’enquête en vue de situer les responsables des inondations meurtrières du 30 mars dernier. Une minute de silence a d’ailleurs été observée en mémoire des victimes de ces flash floods. Incriminant directement le gouvernement comme étant le responsable de la catastrophe, qui a coûté la vie à 11 personnes, SAJ récuse toute responsabilité du MMM et du MSM, insistant à nouveau sur l’institution d’une commission d’enquête : « Si vraiment nous sommes responsables, comme ils le prétendent, qu’on nous emprisonne ! », a lancé SAJ. Ce dernier a, à cet effet, dénoncé le retrait de l’enquête policière du chef inspecteur Tuyau au profit de la CID de Port-Louis Sud qui, dit-il, « menait une enquête dans la bonne direction ». SAJ a déploré l’absence du Premier ministre aux funérailles des 11 victimes des inondations meurtrières, critiquant le fait qu’il se soit envolé pour l’Angleterre en vue d’assister aux funérailles de Margaret Thatcher.
Les orateurs du Remake 2000 à Bel-Air n’ont pas manqué de tirer à boulets rouges sur Anil Bachoo et Mireille Martin. Ils n’ont d’ailleurs pas été particulièrement tendres avec cette dernière, usant de qualificatifs peu flatteurs du fait, disent-ils, de sa gestion du dossier du Foyer Namasté et des enfants admis à l’hôpital Brown Sequard. Rajesh Bhagwan, secrétaire général du MMM, a pour sa part réclamé une commission d’enquête sur la Road Development Authority.
Le leader du MSM Pravind Jugnauth a ensuite dressé un tableau sombre de l’économie mauricienne pour 2013-2014 qui, dit-il, sera encore plus difficile que les années précédentes. Au sujet du scandale du MITD, Pravind Jugnauth dit ne pas en avoir encore fini avec ce dossier, accusant le Fact Finding Committee, qui a fini par blanchir le présumé instructeur pédophile, et de faire un cover-up en vue de le disculper. SAJ s’est dit pour sa part étonné qu’une enquête policière n’ait pas été initiée.
S’agissant de la possibilité que le Ptr ne tienne pas de grands rassemblements le 1er mai, Rajesh Bhagwan a préféré ironiser. « Zot dir zot an dey me nou, nou pou fer miting, paski nou bizin a tou pri trouv bann responsab inondasion. » Autres sujets notamment évoqués lors du meeting d’hier : les éventuelles relations Soornack/Gooljaury avec le PM et « l’influence » de certains dirigeants d’associations socioculturelles.