Il chante pour les natifs des îles avec un nouvel opus qui se veut une ode aux zilwa. Ras Ricky signe son quatrième album solo chez OSB Prod. Un disque qui devrait être dans les bacs avant la fin de ce mois. Kreolism est un appel à la solidarité du Movement of Islands People.
Ras Ricky, le raggaman seychellois le plus connu à Maurice, a fait de notre île son havre de paix. Motivé par un milieu culturel en mouvement et une scène plus dynamique, il pose sa valise sonore pour une exposition plus grande. Plaisance, le quartier d’OSB Crew, est devenu son havre musical. C’est d’ailleurs dans les locaux d’Otentikk Records que Scope l’a rencontré.
Celui qui, avec “ses petits boutons”, joue à l’ingé de son, fait la prise du rappeur Moici, Mauricien établi en France, qui pose sur la première compilation de DJ Master Crazy. On retrouvera sur cette galette des artistes d’ici et d’ailleurs, notamment Ras Ricky, Kymai, Jahna Ranks, Malkijah… Il ne chôme pas. Outre la sortie de son opus cette année, il planche déjà sur d’autres projets. “Je compte venir avec un projet chaque six mois.”
Kreolism.
Ce quatrième disque, souligne Ras Ricky, vise le peuple des îles, en faisant abstraction de religions, de castes ou de communautés. Il évoque le terme créole dans un sens large. “Kreolism est un mouvement du monde. C’est un message universel pour toutes les îles du monde, de Maurice aux Seychelles, en passant par La Réunion, la Martinique, la Jamaïque.”
Le disque prône l’ouverture, d’où l’invitation à des enfants des îles pour des featurings, notamment Yaniss Odua (Martinique), Malkijah (Réunion). “Si la religion nous divise, c’est en acceptant d’être des enfants des îles que nous serons unis. Loin de notre île, quand on rencontre un Mauricien ou un Seychellois en Europe, on ne dit pas qu’il est hindou, catholique, etc. On dit qu’il est Mauricien ou Seychellois. Un signe d’appartenance qu’il faut cultiver et dont il faut être fier.”
Moris masiv.
Il est un résident de Plaisance, un enfant adopté de la cité rosehillienne. Le Sultan, de son vrai nom, n’oublie pas pour autant son Seychelles natal. Il a élu domicile chez nous pour tracer sa route musicale. Séduit par la culture roots et par le marché grandissant de cette tendance, il veut explorer encore plus cet univers et toucher d’autres publics. “Culturellement, il n’y a pas de différence : Maurice et les Seychelles, c’est le même combat, la même réalité. La différence se situe au niveau du paysage et du décor naturel. Mais la chaleur humaine est identique.”
C’est à coups de chansons sur des compils, des passages au festival Reggae Donn Sa et ses albums solos que Ras Ricky s’est installé au soleil mauricien. En quelques années, il s’est fait sa place dans le giron musical, avec des participations diverses aux côtés des noms phares de la scène roots. “Mon but est d’avancer dans le mouvement roots. Aux Seychelles, le secteur est limité. J’ai voulu d’un terrain plus vaste et plus solide.” À Maurice comme aux Seychelles, il se sent à l’aise comme zilwa. “Je suis un homme du peuple. Je me sens bien ici. Pas juste dans les ghettos. Les portes s’ouvrent partout ou je vais.”
Herbalism.
Ne cachant pas sa position sur le gandia, il regrette juste une forme de persécution qui fait rage ici. Après une affaire liée au cannabis, il a appris “à ne pas faire confiance à des inconnus ou à de faux amis”. Avec une affaire en cours, qui sera entendue le 17 janvier, il espère clarifier les choses pour prouver qu’il a été “piégé”, alors qu’il dit être juste qu’un consommateur. “Je ne nie pas le fait de louer les vertus de l’herbe. Je suis consommateur. Je le chante mais je ne trafique pas. J’ai été piégé, un point c’est tout. J’ai un casier clean. Même aux Seychelles, cela a été prouvé.” Il veut en finir avec les ennuis judiciaires pour pouvoir se concentrer entièrement à la musique.
Ras Ricky n’a toujours pas prévu de date pour un concert/lancement de Kreolism, mais s’active sur la promotion du disque au niveau des médias, avec des émissions radios déjà calées. “Je ne me presse pas pour un concert, étant déjà pris en studio sur deux projets de compilations.” Ras Ricky travaille en effet sur une compil signée Master Crazy et sur Reggae kont Povrete, chez OSB Co. Ltd.
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Un bouquet de featurings pour Kreolism
Du roots reggae/dancehall avec le Ricky Ras (en verlan). Kreolism comprend une vingtaine de titres. À la fois album et mixtape, Kreolism comprend des riddims (face B) et des versions instrumentales composées pour l’opus par des DJ à Paris, en Martinique et aux Seychelles. On compte une belle brochette d’artistes sur ce disque : Yaniss Odua (Alkatraz), Malkijah (Kreolism), KkoulB (Sa lemonn la), Mercenary (Pa briz lavenir), Manna’C (Larout hard), David Orti (Good love), Jakim&Marathon Man (Lasaler), Rez (Lavi ghetto) et Koryass (Lanmen pe grate).