Le continent africain présente aujourd’hui une image remplie d’optimisme, a déclaré hier Rashid Beebeejaun, Premier ministre adjoint, lors de l’ouverture de la conférence organisée à l’hôtel Maritim par le Board of Investment (BOI) en vue de consolider son partenariat avec d’autres agences de promotion des investissements en Afrique. Une centaine de délégués étrangers, dont les Chief Executive Officers et hauts officiels de quelque 28 agences africaines ont fait le déplacement à Maurice pour cette rencontre de deux jours.
L’Afrique, a observé le Dr Beebeejaun, a été perçue pendant des décennies comme « un véritable défi de développement économique », avec ses problèmes de gouvernance, ses conflits internes et sa mauvaise gestion économique. Cette situation a changé aujourd’hui et tout le monde anticipe que le fort taux de croissance du continent sera soutenu. Les économies africaines continuent de croître plus vite que celles d’autres régions du monde. « This new assessment of our continent’s performance is spreading as the world recognizes that Africa is embracing changes and that it represents massive economic opportunities », a fait ressortir le Premier ministre adjoint. On parle de moins en moins de l’aide au développement ou de soutien à la réduction de la dette. On met plus d’accent sur le commerce et la croissance durable, la création d’emplois et la transformation économique du continent en vue d’assurer le bien-être de toute la population africaine.
Rashid Beebeejaun a appelé les pays représentés à la conférence du BOI à « travailler ensemble » pour la promotion d’un développement inclusif. Il a soutenu qu’il faut offrir une bonne éducation et formation aux jeunes Africains afin de les préparer à entrer sur le marché du travail. Les pays africains ont aussi une obligation de mettre en place des infrastructures modernes et de promouvoir l’innovation. Le Premier ministre adjoint s’est appesanti sur la nécessité de pourvoir des facilités/services de base – comme la santé, l’eau, l’électricité et le transport – afin de rehausser la qualité de vie de la population africaine.
« No country in the world today can shape its development vision without looking at Africa. After all, Africa is home to more than half of the 10 fastest growing economies in the world », a poursuvi le Dr Bebeejaun, qui a cependant affirmé que les défis sont nombreux et qu’il est impérieux d’améliorer les indicateurs économiques au niveau continental. Le vice-Premier ministre a fait référence aux diverses composantes de la stratégie africaine de Maurice et a parlé, dans la foulée, des institutions mises en place pour donner un coup de pouce au développement des ressources humaines. Mention a été faite de la création de l’Africa Regional Technical Assistance Centre-South (AFRITAC), de l’Africa Training Institute (ATI) et du  Regional Multidisciplinary Centre of Excellence (RMCE). Il a, en outre, fait état des négociations avec des pays tels le Ghana et le Gabon pour améliorer les échanges commerciaux et les investissements transfrontaliers. La nomination d’ambassadeurs avec missions spéciales en Afrique, la création d’un Mauritius-Africa Fund pour soutenir l’investissement et l’abolition du système de visas pour les ressortissants africains vont la direction d’une relation renforcée avec l’Afrique.
L’ouverture de la Mauritius-Africa Partnership Conference a été aussi marquée par la signature d’un Investment Protection and Promotion Agreement entre Maurice et l’Égypte ainsi que d’un protocole de coopération entre le BOI et l’agence du Cameroun responsable de la promotion des investissements.
Lors de conférence, qui prend fin aujourd’hui, les représentants de diverses agences africaines ont fait une présentation du climat d’investissement et des opportunités d’affaires dans leur pays.