Le concert de la flûtiste et chanteuse Rasika Shekar samedi dernier au Mahatma Gandhi Institute (MGI) a permis au public mauricien de découvrir une artiste pétrie de talent, qui a réussi à faire partager son riche héritage culturel. Rasika Shekar, accompagnée d’une poignée de musiciens très doués, a proposé un vrai voyage musical qui a enchanté son auditoire. Une vraie découverte, qui nous change des grands noms de Bollywood, et qui est à mettre au crédit de Rama Poonoosamy et de toute l’équipe d’Immedia.
Après une mise en jambes réussie par le chanteur Mohit Pathak, avec deux reprises (Sama Hai Suhana Suhana et Abhi Mujh Mein Kahin), Rasika Shekar a conquis le public avec une démonstration éblouissante de son talent à la flûte de bambou. Morceau lent mais qui finit très fort, le premier titre arrive à conquérir le public pour une plongée dans l’univers de la jeune flûtiste nourrie d’influences diverses : Bollywood, ghazals et musique soufie. Les premières notes de la chanson ultra-connue du film Hero, Lambi Judaai, ont déclenché une nouvelle salve d’applaudisements. Le charisme, la personnalité chaleureuse et le plaisir contagieux de la jeune artiste ont ravi les spectateurs, qui ont pu découvrir sa très belle voix.
Grande admiratrice de Lata Mangeshkar, Rasika Shekar a livré une reprise toute en émotion du fameux Lag Ja Gale. Re Kabira Maan Ja, toujours accompagné par sa fameuse flûte de bambou, un titre en tamoul composé par AR Rahman, Dil Hai Chhota Sa Chhoti Si Aasha du film Roja, Chaiyya Chaiyya, accompagné par Mohit Pathak, ont confirmé que la jeune chanteuse et musicienne puise vraiment ses inspirations à la fois de Bollywood mais aussi du côté du sud de l’Inde, d’où sa famille est originaire. Le titre du répertoire classique indien, Ka Karoon Sajni Aye Na Baalam, popularisé par le chanteur Yesudas, a aussi bénéficié d’une belle reprise.