Des Pays-Bas où il vit désormais, Ravi Ramprogus parcourt l’Europe avec un enseignement destiné à ramener ceux qui l’écoutent vers les principes fondamentaux de la vie pour un bonheur simple et vrai contenu en soi. Une découverte venue à lui comme une révélation alors qu’il vivait une brillante carrière comme informaticien spécialisé dans les services financiers. Dans la nouvelle étape de sa vie, il a rangé ses grandes ambitions professionnelles et fait l’impasse sur le confort matériel pour aborder la vie autrement. À la fin de mai, il viendra une fois de plus à la rencontre des Mauriciens avec les principes du Kriya yoga.

C’est une histoire qui pourrait faire penser à la fable spirituelle contée par Robin Sharma dans Le moine qui vendit sa Ferrari. Ravi Ramprogus accordait aussi une certaine importance aux belles voitures qu’il conduisait à l’époque. C’était en des temps où ses revenus et sa position professionnelle lui apportaient le confort matériel pour lequel il avait durement étudié et travaillé. Ce passé, il le raconte désormais à ceux qui font le déplacement pour être à l’écoute de son enseignement. Ravi Ramprogus a laissé tomber la cravate pour le chapelet traditionnel et oriente ses conversations vers la richesse intérieure. Ce spécialiste en informatique, qui a occupé de hautes fonctions dans le système banquier et le service financier à Maurice, est désormais connu comme Kriya Yogi et conférencier motivateur aux Pays-Bas, où il vit, et dans les pays d’Europe, où il est régulièrement invité pour des formations et des causeries.

Les vraies richesses.

Les témoignages sont nombreux pour parler de la transformation apportée par son enseignement. Aucun élixir miraculeux à brandir, aucune formule secrète à susurrer à l’oreille. Ravi Ramprogus se contente simplement d’encourager son auditoire à revenir vers les vraies richesses de l’existence et à aborder la vie avec plus de sérénité, loin du superflu. Pour en arriver là, il a connu tout un parcours, sur lequel il a été guidé par le swami Vishwananda, son maître spirituel, qui l’a initié au Kriya yoga. C’est la pratique de cette discipline ancestrale et la méditation qui ont ramené le jeune loup des affaires vers une dimension plus spirituelle et une autre forme de bonheur. Car c’est de cela dont il est question avant tout.

Ravi Ramprogus le dit sans la moindre hésitation : Mo extra ere ! Aujourd’hui, je me sens libéré dans ma tête et dans mon corps. Libéré de tout ce qui aurait pu m’enchaîner.” C’est ce qu’il affirme dans une conversation téléphonique des Pays-Bas, à quelques jours de prendre la route pour l’Allemagne, où il a été invité pour animer des causeries. À ceux qui seront présents, il dira la chose suivante : “Nous avons tendance à dépendre des facteurs externes pour être heureux. Nous perdons beaucoup de temps à courir derrière le matériel. Nous devons réaliser que le vrai bonheur est en nous.” Ce qui les équipera pour mieux maîtriser les émotions afin d’avancer sur les plans personnels et professionnels. Cet enseignement, il le dispensera aussi à Maurice à la fin de mai et en juin, avant de revenir pour des cours plus approfondis en juillet.

Les appels de l’autre dimension.

Il y a quelques années à peine, Ravi Ramprogus grimpait rapidement les échelons sur une voie professionnelle qui semblait avoir été taillée à sa mesure. L’ancien élève du collège du St-Esprit avait opté pour des études tertiaires en informatique. À son retour au pays, la boîte où il fait du programming le détache auprès d’une banque, dont le département informatique a besoin d’un responsable. Dans ce secteur, il progresse pour occuper différentes fonctions. Des études plus approfondies lui donnent des capacités pour aller encore plus loin au niveau des services financiers. Différentes entreprises et banques, y compris la Banque de Maurice, feront appel à ses compétences : “Si j’avais continué dans cette voie, j’aurais connu davantage de succès matériels. Je serais devenu une machine à sous.” Mais la vie avait d’autres projets pour lui…

Des circonstances inexpliquées, comme ce calendrier sans année portant l’effigie de Krishna, qui lui tombe dessus à Beau Bassin, sont interprétées comme des appels vers l’autre dimension. Ravi Ramprogus avait pris des distances de son cousin, le swami Vishwananda. Ce dernier devait rentrer au pays quelque temps après l’incident du calendrier. L’intensité de l’accolade qui marque leurs retrouvailles après seize ans fait comprendre à Ravi Ramprogus que des choses changeraient bientôt dans sa vie. Sportif, ce dernier pratiquait la musculation, qu’il change pour le Kriya yoga, sur les conseils de son maître spirituel.

Jusqu’à 18 heures de méditation.

Cette discipline “concerne des actions internes. Le Kriya yoga pousse au réveil en soi-même. Tu vas à la recherche de là où ton âme prend naissance.” Ravi Ramprogus consacre beaucoup de temps à la méditation, s’y adonnant jusqu’à 18 heures par jour lorsqu’il peut se le permettre. “Au fur et à mesure, je sentais des changements s’opérer en moi. Dans ma façon de voir la vie, mon esprit fonctionnait autrement. J’ai commencé à me détacher des choses matérielles et je sentais que je perdais mon temps à courir après une carrière et l’argent.”

À cette même époque, son ancienne épouse ayant eu une proposition professionnelle aux Pays-Bas, il décide d’arrêter sa carrière pour accompagner cette dernière. “Je laissais derrière moi une brillante carrière et de grandes opportunités. Mais je n’avais aucun regret dans ce choix.” Durant deux ans, ce détachement lui donne l’occasion d’aller plus loin dans sa quête spirituelle, qui le conduit aussi vers une autre discipline de vie plus simple et plus saine. “Quand j’ai pris mes distances, j’ai mieux compris ce que je voulais. Courir après le matériel, avoir de l’ego, se battre au nom de la religion ou pour des affaires communales, tout cela me paraissait insignifiant.” Lorsque sa femme et lui se séparent, “j’aurais pu m’être retrouvé dans un gouffre puisque je me retrouvais presque sans rien. D’une situation confortable, j’avais touché le fond. Mais grâce à ma manière de voir la vie, cela ne pouvait plus m’affecter.”

Être des humains sans limites.

Une fois encore, ce sont les circonstances qui ont fait qu’il a commencé à donner des cours de Kriya yoga. Il considérait que c’était une façon pour lui de partager les enseignements que l’univers lui avait naturellement apportés durant ses phases de méditation. Le nombre de participants à ses sessions augmente rapidement et certains commencent à l’inviter dans leurs pays. “Pour expliquer le Kriya yoga, je leur raconte donc mon histoire et comment j’ai fini par me détacher de la vie matérielle et de la richesse. Je ne dis pas que ce ne sont pas des choses importantes, mais je dis que je peux être heureux sans tout cela puisque le bonheur se trouve à l’intérieur de soi.”

À 45 ans, Ravi Ramprogus reste sur la voie de son maître spirituel, qu’il cite régulièrement. À ceux qui l’écoutent, il dit : “Être humain, cela veut dire n’avoir aucune limite. Les possibilités sont sans fin. Je propose aux gens de transformer leurs vies d’hommes en vies de bonheur et de joie, avec moins de compulsions. Pour arriver à cet état, il faut savoir maîtriser son esprit : c’est ce que permet de faire le Kriya yoga. Dans la vie, si le mental ne va pas bien, rien ne va pour la personne.”

À Maurice prochainement

Ravi Ramprogus donnera des causeries à Maurice, le 25 mai et le 1er juin. La première session est destinée aux initiés. Celle qui suivra sera à l’intention de ceux qui s’intéressent au Kriya yoga. La suite se fera en juillet.

Les frais de participation sont fixés à Rs 2,000, deux tiers de cette somme étant destinée à des œuvres de charité qu’il finance.

Infos et inscriptions : 58-08-40-35.