Vingt-deux pêcheurs de Baie-du-Cap pourront désormais remplacer leurs casiers emportés par le raz-de-marée d’août 2011. Le ministère de la Pêche a obtenu les matériaux nécessaires auprès du Chantier Naval de l’océan Indien pour leur permettre de reprendre leur activité normalement.
Ils sont 174 pêcheurs au total, soit 86 à Bambous Virieux, 66 à Riambel et 22 à Baie-du-Cap, à avoir souffert de la forte houle qui a frappé Maurice en août 2011. Pour le moment, seuls ces derniers ont pu obtenir les matériaux nécessaires à la reconstruction de leur outil de travail. Mais le ministre de la Pêche Nicolas Von Mally a tenu à rassurer qu’il y en aura pour tout le monde. « Le matériel est là, mais le découpage, d’après les dimensions exactes, est difficile. Les pêcheurs des autres régions pourront aussi s’offrir de nouveaux casiers dans peu de temps. »
Le ministre Von Mally a procédé à une remise symbolique de rouleaux de fils de fer aux pêcheurs de Baie-du-Cap. Ceux-ci ont été offerts par le Chantier Naval de l’océan Indien (CNOI), tandis que Sam Motors a accepté de les couper selon dimensions appropriées. Tristian Wiehe, du CNOI, s’est dit sensible aux problèmes des pêcheurs qui subissent les aléas du temps. Il a promis que d’ici un à deux ans, la compagnie sera en mesure de faire un autre don du même genre aux pêcheurs.
Nicolas Von Mally a salué le partenariat entre le gouvernement et le secteur privé lorsqu’il s’agit de venir en aide à ceux en difficulté. Toutefois, il n’a pas caché que les démarches ont été très difficiles et a remercié les pêcheurs pour leur patience. Le ministre de la Pêche a aussi annoncé la mise en service d’un nouveau type de casier rétractable mis au point par des Norvégiens et qui serait à la disposition des pêcheurs bientôt.
Cependant, il a fait un appel aux pêcheurs pour faire en sorte que les casiers ne se perdent pas en mer. « Un casier, qui n’est pas sorti de l’eau, continue sa pêche pour toujours. Si vous perdez un casier, faites-nous savoir au plus vite, nous enverrons des plongeurs les chercher. »
De son côté, Cyrano Entresol, président de l’Association des pêcheurs de Baie-du-Cap, s’est dit satisfait de ce dénouement. « Depuis août 2011 nous travaillons au ralenti. Nous allons enfin pouvoir travailler comme il faut. »
Baie-du-Cap compte cinq femmes parmi ses pêcheurs à casiers. Roopwantee Mansoo, l’une d’elles, ne cache pas que ce type de pêche est beaucoup plus difficile à manoeuvrer pour une femme en raison de la force physique nécessaire pour soulever les casiers. « Je pêche en compagnie de mon mari et de mon fils pour m’en sortir. »
Il faut savoir que lorsque les casiers sont emportés, les pêcheurs ne sont pas indemnisés. Ils ont une allocation uniquement en cas de mauvais temps. La fabrication d’un casier dure entre trois à cinq jours.