Rezistans ek Alternativ (ReA) lance un énième appel au Premier ministre Pravind Jugnauth afin de prendre la bonne décision en ce qu’il s’agit de la réforme électorale. Lors de la conférence de presse du parti éco-socialiste, samedi à Moka, les membres ont également réitéré leur soutien à Enn Losean Vivab qui a organisé dimanche une journée de nettoyage à l’île aux Bénitiers.

À quelques jours de la présentation du Draft Bill sur la réforme électorale à l’assemblée nationale, ReA tient à rappeler la responsabilité du Premier ministre envers la population mauricienne et des générations futures, mais aussi envers le parti. “C’est un combat que ReA mène depuis près de 13 ans et nous sommes en quelque sorte les protagonistes”, relève Ashok Subron, membre de ReA. “L’Etat, et ce, peu importe le gouvernement, a une triple responsabilité.

Premièrement, à cause du mini amendement constitutionnel temporaire que l’État a fait, ensuite la victoire de ReA épaulé par la Human Rights Commission, puis la responsabilité prise en Cour dans le cadre du Constitutional challenge”, rappelle Ashok Subron. Ce dernier espère que la réforme électorale assurera l’approfondissement de la démocratie avec, notamment, une meilleure représentation de la femme et une meilleure représentation des partis politiques existants. ReA déplore également “la manière dont Pravind Jugnauth assume ses responsabilités” et demande à ce dernier de “se ressaisir et de présenter une réforme électorale qui vaille la peine.”

Polémique autour de l’île aux Bénitiers

La journée de dimanche était consacrée à nettoyer l’île et, par-là même occasion, la protéger. Enn losean vivab, avec l’aide de plusieurs autres collectifs, dont ReA et AKNL, s’opposent au projet de construction de chalets sur l’île aux Bénitiers.

Dans un communiqué durant la semaine, Rezistans ek alternativ a rappelé les assises de son combat écologique. “Depi lontan, Rezistans ek Alternativ ansam avek bann lezot mouvman sosyal kouma Aret Kokin Nou Laplaz, Lavwa Losean Indien, Kolektif Sov Bain de Rosnay ki regroup abitan lakot, ekolozis, artis, akademik, peser ek lezot sitwayin Moris, pe denons lakaparman nou litoral. Sa bann mouvman-là pe avoy enn sinyal for sa gouvernman-là ek tou sort kalite akaparer, lokal ek etranze, pou dir STOP et aret brad nou lakot ek laplaz”, peut-on y lire. Une question parlementaire en avait fait état en octobre dernier.

Répondant à une question du député Ezra Jhuboo, le ministre des collectivités locales, Mahen Jhugroo répondait: “As far as I am informed and I am aware also, Madam Speaker, there is no promoter and there is no one interested with this island for any hotel development.” Et d’ajouter qu’un Technical Committee a été mis en place par le ministère du Tourisme pour évaluer “the potential