Nous nous référons au billet de Jacques Rivet, intitulé « Bis repetita ou remake pour de bon ! » publié dans votre édition du jeudi 22 mars 2012. Il est vrai qu’avec les alliances qui se dessinent à l’horizon politique au plan local, suite au bras de fer entre Sir Anerood Jugnauth et le docteur Navin Ramgoolam, « la classe politique et ses thuriféraires patentés vont s’époumoner encore longtemps à nous vendre formules gagnantes et autres remakes de rêve ». Mais les temps ont changé et il est bien vrai aussi que « Personne – ou très peu de Mauriciens – n’y croit vraiment. » En fait, nous en avons marre de tout ce cinéma car nous avons realisé, au fil des années, que les politiciens ici-bas peuvent avaler toutes sortes de couleuvres afin d’arriver au pouvoir. Ceux qui ont « gouverné » notre pays ces derniers 20-25 ans ont laissé pourrir la situation dans bien des domaines. Les magouilles, les scandales et autres passe-droits se sont accumulés et aujourd’hui, nous nous trouvons devant une crise de portée nationale.
Pourtant, Maurice est considéré comme des “Nations unies” en miniature, un microcosme où vivent des personnes dont les ancêtres sont de différentes régions de la planète ; d’Europe, d’Afrique, de Madagascar et d’Asie. Bien qu’il y ait plusieurs groupes ethniques, de différentes religions et cultures, vivant côte à côte, l’on note une coexistence pacifique remarquable. Maurice, en effet, aurait dû être un modèle pour le reste du monde, comme l’a si bien dit Malcolm de Chazal, un « vrai laboratoire humain et une « mosaïque humaine ». Mais, malheureusement, avec « les soubresauts politiques que nous vivons depuis quelque temps déjà » et tous ces lobbyistes roderr boutt qui gravitent autour des puissants du jour, il se peut qu’il y ait de graves problèmes de société si on ne voit pas les choses en face et si on ne faisait pas ce qu’il faut. On ne le souhaite pas, mais prévenir c’est bien mieux que guérir et on ne doit pas faire comme l’autruche.       
Il y a de la dérive en ce moment et certains démons de la division sont toujours là pour semer la zizanie. Heureusement, les gens ont réalisé que les valeurs sont plus importantes que les idéologies. Les jeunes, et même les moins jeunes, à l’instar de certains groupes comme Rezistans ek Alternativ, Azir Maurice et Think Mauritius, veulent un autre type de société avec des valeurs comme la sincérité, l’honnêteté et la méritocratie. Les mesures appropriées doivent être prises dès maintenant, en mettant la méritocratie en exergue. Car si la méritocratie primait, on aurait eu les « right persons in the right places », et non pas des « square pegs in round holes » ! – comme tel est le cas actuellement dans bien des départements et corps paraétatiques. On n’aurait pas eu à déplorer, alors, tous ces problèmes sociaux dans notre petit pays – mauvaise gestion dans plusieurs organismes, tels que la CWA et la douane ; les problèmes familiaux liés à la prostitution et la drogue ; l’exclusion et la pauvreté ; la corruption, la discrimination et le népotisme ; le gaspillage et le pillage du patrimoine.
Les Mauriciens doivent être sur leur garde et ne pas se laisser influencer par « ces thuriféraires patentés » et autres meterr choulas. Nous devons agir et penser comme des femmes et des hommes humanistes et démocrates. Il faut impérativement faire fi de ces alliances politiques qui ressemblent de plus en plus à des plats réchauffés, pour ne pas dire des plats rassis. Enfin, tout ce que nous souhaitons – en espérant « qu’émergent de vrais tribuns » – c’est le salut dans le bonheur de ce peuple jadis qualifié de « lepep admirable ».
A bon entendeur, salut !