La réalisation de l’année 2014 demeure sans conteste la décision conjointe du Trust Fund for Excellence in Sports (TFES) et du ministère de la Jeunesse et des Sports d’attribuer quatre bourses d’excellence en vue des Jeux olympiques de 2016 prévus à Rio au Brésil. L’objectif étant de permettre aux bénéficiaires de préparer dans les meilleures conditions la plus grande des manifestations sportives planétaires. Les quatre élus sont la judokate Christiane Legentil, le boxeur James Kennedy St Pierre, le nageur Bradley Vincent et  l’escrimeur Sathya Gunputh. Une première dans l’histoire du sport mauricien, dans la mesure où les élus bénéficieront des facilités jamais offertes, afin de pouvoir briller à ces Jeux. Soulignons que sans le soutien des partenaires financiers du privé, cette démarche n’aurait pu se matérialiser.
Le mode de fonctionnement des bourses de perfectionnement attribuées aux athlètes de haut niveau a été revu l’année dernière. Cela à la suite des discussions conjointes TFES-MJS. Il y aura donc deux types de bourses, notamment les  » bourses Jeux des Iles  » pour ceux préparant l’évènement programmé du 1er au 8 août prochain à La Réunion et ensuite les bourses d’excellence. L’idée du TFES derrière les bourses d’excellence surtout est de donner les moyens aux quatre sportifs de briller au plus haut niveau, plus précisément aux Jeux olympiques de Rio, et pourquoi pas, décrocher une deuxième médaille olympique après celle obtenue par le boxeur Bruno Julie en 2008, à Pékin en Chine. Ce dernier avait échoué en demi-finale des moins de 56 kg. Quant au dernier mauricien à avoir atteint une finale, il n’est autre que le spécialiste du 200m, à savoir Stephan Buckland. C’était en 2004 aux Jeux d’Athènes en Grèce. Avec Christiane Legentil, James Kennedy St Pierre, Bradley Vincent et Sathya Gunputh, Maurice peut donc à nouveau rêver.
Avec l’attribution de ces quatre bourses d’excellence, c’est entre Rs 650 000 et Rs 700 000 qui sont destinées à chacun des quatre athlètes choisis. Cette somme servira à financer leur préparation à l’issue des stages et participation à des compétitions de très haut niveau à l’étranger. Avec autant de moyens, le TFES et le MJS veulent mettre tous les atouts de leur côté, afin de permettre d’abord à ces athlètes de se qualifier pour les Jeux olympiques et ensuite réaliser de bonnes performances comme l’ont fait avant eux les Bruno Julie, Stephan Buckland et autres Eric Milazar. Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’idée en vaut largement la peine et que le TFES et le MJS ne se sont pas trompés sur leur choix. Seule interrogation toutefois, demeure le choix de Sathya Gunpunth. Car ce dernier vit en Angleterre et nul ne sait quel est son programme de préparation et surtout quel est son niveau.
En revanche, pour ce qui est de la judokate Christiane Legentil (-52 kg), le choix est plus que judicieux dans la mesure où la Rodriguaise est, à l’heure où nous écrivions ces lignes, classée 16e au niveau mondial et première africaine. Elle a brillé à deux Grands Prix avec une médaille d’argent et une médaille de bronze avant de remporter l’or à l’Africa Judo Open Mauritius. Le boxeur James Kennedy St Pierre est lui dans une forme olympique avec une médaille d’argent lors des Jeux du Commonwealth à Glasgow en Ecosse. Depuis, il a intégré le circuit professionnel de l’AIBA Professionnal Boxing et a enregistré une victoire et concédé deux défaites. Le nageur Bradley Vincent a, quant à lui, prouvé son énorme potentiel et ce, même s’il n’a pas remporté de médailles importantes l’année dernière. Par contre, il a réalisé de très bons chronos et aussi  plusieurs records nationaux dans les épreuves de sprint. L’avantage avec ces quatre athlètes, c’est qu’ils sont âgés entre 21 et 25 ans et possède naturellement encore une belle marge de progression.
Nous  sommes mêmes convaincus que Christiane Legentil et James Kennedy St Pierre ont les capacités et les qualités pour réaliser une grosse performance à Rio, voire  aller chercher une médaille olympique. Nous ajouterons aussi qu’avec Bradley Vincent et Sathya Gunpunth, les quatre élus n’auront pas le droit à l’erreur. Car d’autres, à l’image du talentueux spécialiste du 200m (athlétisme) Jonathan Permal, n’ont pas eu droit au même privilège. A eux maintenant d’honorer la confiance du TFES et du MJS en faisant ce qu’ils ont à faire.