Les chefs cuisiniers français comme Patrick Coudert sont présents un peu partout dans le monde. Leur savoir-faire et leur signature sont plus que jamais recherchés par les tables et les hôtels prestigieux. Chefs dans l’âme, passionnés et créatifs, ils sont aussi devenus de véritables entrepreneurs, propriétaires de leur restaurant, gestionnaires ou encore conseillers renommés à l’instar de Patrick Coudert. Pourquoi un tel intérêt pour la gastronomie française ? Selon Patrick Coudert, chef étoilé en Allemagne, ce qui fait la richesse de la gastronomie française, c’est sa tradition et sa diversité. C’est aussi une cuisine qui est appelée à fusionner avec d’autres. Les chefs cuisiniers français s’inspirent de leur région natale, de leur histoire mais ne s’y limitent pas, à l’image de Patrick Coudert qui parle à Maurice de recette comme Une poitrine de pigeon farci de truffes, d’épices qu’on trouve à Maurice, de partage avec les cuisiniers mauriciens. Cuisinier curieux et sans frontières, ses racines le portent mais il peut s’adapter à la nouveauté. Il voyage beaucoup, toujours à l’affût de nouvelles découvertes. Si la cuisine française est une marque d’excellence, elle sait s’adapter, se tourner vers des produits et des techniques nouvelles originaires d’autres pays. Sur la carte, cela donne, par exemple, des coquilles Saint Jacques, purée de brocolis, parmesan, noix de coco, citronnelle en brochette que certains ont pu goûter hier à Aanari durant la Semaine des Chefs (du 28 au 1er novembre), une manifestation à l’initiative de l’Académie des Chefs visant, nous dit-on, à faire mieux connaître les métiers des arts de la table. Pour cela, quatre éminents représentants de la gastronomie française ont été invités à partager leur savoir-faire au cours des différentes manifestations. Parmi, le parrain de l’Académie des chefs, Patrick Coudert, qui nous fait l’honneur de partager une de ses recettes.