Bruno Jean-François a reçu, le 8 mai dernier, le 2014 UCLA Chancellor’s Award for postdoctoral research. C’est la première fois que la littérature est récompensée par cette prestigieuse distinction depuis qu’elle a été créée en 1998 par l’université de Californie, Los Angeles. Le Dr Bruno Jean-François effectue ses études post-doctorales dans cet établissement depuis l’an dernier, sous la direction du professeur d’origine mauricienne Françoise Lionnet et de Steven Nelson, spécialiste de l’histoire de l’art africain, dans le cadre du Mellon postdoctoral programme “Cultures in transnational perspective”.
Comment les littératures coloniales et post-coloniales des îles de l’océan Indien, particulièrement de Maurice, peuvent-elles contribuer à une meilleure compréhension des sociétés multiculturelles et multiethniques ? Cette question fondamentale, Bruno Jean-François tente de l’élucider depuis bientôt un an à l’Université de Californie dans le cadre de ses recherches postdoctorales. Dans le monde contemporain, où la définition de l’identité est le plus souvent plurielle et dynamique, la promotion de repères identitaires exclusifs tend à générer des conflits et de la violence. Cette recherche trouve toute sa pertinence éthique dans ce contexte. Elle représente un challenge pour les théories de la « formation identitaire discrète », développées par les anthropologues sur les sociétés africaines, et elle questionne toute une série de disciplines.
L’originalité de ce projet réside dans sa démonstration que l’étude transocéanique de l’histoire et des cultures insulaires, longtemps ignorées ou considérées comme mineures, peut aider à repenser la géopolitique du savoir et les discours sur l’ethnicité, l’identité nationale et la citoyenneté dans un contexte plus global. Bruno Jean-François s’intéresse donc à la créolisation à la diversité et cherche à voir comment les discours littéraires répondent aux autres formes de discours (sociaux, politiques, etc) pour aider à comprendre les enjeux liés à l’altérité, à la mémoire, à la mondialisation, et aussi à la construction de la nation et de la démocratie.
Première en littérature
Tous domaines confondus, 1 167 chercheurs ont poursuivi leurs recherches postdoctorales cette année à l’UCLA. Quelque 28 candidats ont été nominés pour ce prix par leurs départements respectifs. Composé de professeurs de carrière de l’UCLA, le jury a, sur évaluation des dossiers de candidature, distingué neuf lauréats cette année, dont le Mauricien Bruno Jean-François ! Surtout depuis que le prix existe, en 1998, c’est la première fois qu’il est attribué à une recherche en littérature, et une des rares fois où il s’intéresse aux humanités, qui plus est de Maurice et l’océan Indien et du domaine francophone…
Pour le lauréat, cette distinction est symbolique à plus d’un titre : « Sans être nationaliste, cela me fait plaisir de rappeler la présence de Maurice sur la carte… C’est bien sûr une récompense aussi quelque part pour l’Université de Maurice, où j’ai fait ma thèse de doctorat, pour Kumari Issur qui l’a dirigée, pour Françoise Lionnet et le Mellon postdoctoral Program qu’elle codirige depuis une dizaine d’années. Et puis nous sommes tous heureux de rappeler que les humanités ont leur place dans la recherche, et que la littérature est et reste un champ de recherche sérieux, rigoureux et vital à la compréhension de nos sociétés et des défis auxquelles elles sont confrontés, notamment dans les contextes multiculturels comme Maurice, où la question de la démocratie est délicate et doit encore être pensée. » Notre interlocuteur rend aussi hommage aux nombreux chercheurs qui ont travaillé dur depuis plusieurs décennies pour que la voix des littératures de l’océan Indien, et de Maurice, soit entendue à travers le monde. Considérant Françoise Lionnet comme une « pionnière » à ce propos, il vit comme un véritable honneur le fait de l’avoir eue comme mentor.
Bruno Jean-François vient de cosigner, avec Kumari Issur, la coordination du dernier numéro de la revue universitaire, Nouvelles Études Francophones (Nebraska University Press), consacrée à la littérature mauricienne et malgache, et il prépare un livre sur la littérature mauricienne postcoloniale. Il a publié sur ses recherches dans diverses revues internationales et a pu donner plusieurs conférences aux États-Unis, non seulement à l’UCLA, mais aussi à la Florida Atlantic University, la New York University, la Penn State University, la Louisiana State University, et le Colby College, entre autres.