Maurice étudie, depuis janvier de cette année, la possibilité d’aller à 3-4 kilomètres, peut-même plus, pour exploiter l’énergie géothermique, c’est-à-dire la chaleur contenue au coeur de la planète. Pour ce faire, le gouvernement s’apprête à faire forer un puits d’un demi-kilomètre à Maurice, ce que m’a affirmé un des responsables du projet à l’Hôtel du gouvernement, à la suite d’une correspondance que j’ai eue de la Nouvelle Zélande, avec le bureau du Premier ministre et le ministère de l’Energie et des Utilités publiques.
 La Nouvelle Zélande est un des leaders mondiaux en matière d’exploitation de l’énergie géothermique et des amis ingénieurs qui construisent les usines géothermiques m’ont expliqué que Maurice étant d’origine volcanique, elle devrait faire l’effort de la rechercher à trois kilomètres au moins sous la surface de son sol. Et c’est ainsi que j’ai sollicité le gouvernement sur la question de savoir ce que fait ou fera Maurice en la matière, surtout que nous avons beaucoup de vieux cratères volcaniques à travers l’île d’où s’échappaient jadis de la lave venant des profondeurs du sol.
Voici ce que m’a révélé un technicien du ministère concerné, Ashley Purmanund:
«”…a preliminary study on the potential of geothermal energy in Mauritius is ongoing and is being undertaken by an Italian Consultant, ELC Electroconsult S.p.A.  The study started in January 2012 and the Consultants have confirmed that there is no surface manifestation of geothermal energy on the island.  However, the Consultants have recommended that a ‘gradient well’ of 500m be drilled to investigate on the temperature gradient of the soil so as to gauge the potential of geothermal energy in Mauritius.
“In that respect, bids have been invited for the drilling of the well by September 2012.  In the light of the findings, the Consultant would submit their final report on the study of the potential of geothermal energy.
“I hope that this email would clarify your queries on geothermal potential in Mauritius.
“We are at your disposal for any further information that you may require.”
Il faut saluer le souci des autorités de partager l’information officielle sur cette question d’intérêt public dans un secteur déterminant pour l’avenir national car le manque d’énergie peut paralyser et ruiner le pays.
L’énergie géothermique est envisagée, en fait, depuis 2009, dans le plan à long terme du gouvernement pour essayer d’assurer une production indigène d’énergie de 35 pour soin des besoins nations d’ici 2025. Il faut savoir que le pétrole arrivera à manquer un jour, sans doute durant ce siècle, que la planète ne peut plus souffrir des effets néfastes croissants de l’usage des hydrocarbures sur l’avenir de la race humaine et que les coûts de l’énergie pourraient devenir prohibitifs pour notre petit pays du fil des prochaines décennies.
La Canadian Geothermal Energy Association (CanGEA) explique ce qu’est l’énergie géothermique:
“In its simplest terms, geothermal means earth-heat. It is related to the thermal energy of Earth’s interior. On a large scale, the intensity of this thermal energy increases with depth, that is, the temperature of the Earth increases as we travel closer to its centre. A global average for Earth’s geothermal gradient (temperature increase with depth) is approximately 30°C/km. For example, if we merely removed the outer 3 km of Earth’s outer surface, it would be a sphere 5000°C at the core… Earth contains an incredibly vast amount of thermal energy.”
Même en Grande Bretagne, qui n’est pas d’origine volcanique, on a foré le sol et on a trouvé suffisamment de chaleur pour commanditer la construction de centres de production d’énergie géothermique.
Il y a deux principales méthodes pour exploiter cette chaleur et en Nouvelle Zélande j’en ai observé le fonctionnement : 1. On pompe de l’eau des nappes souterraines vers les profondeurs chaudes de la terre, l’eau remonte en vapeur qui est dirigée pour tourner les pales des générateurs.  La vapeur, refroidit, est rendue aux nappes souterraines. 2. La même technique est utilisée pour produire de la vapeur sauf que pour ne pas endommager les pales des générateurs, la vapeur est utiliser pour faire exploser un gaz, le pentane, dans un moteur qui tourne alors les pales, puis le pentane, qui est un gaz hautement volatile, continue son parcours pour être retransformé en son état initial et il revient dans le moteur en un cycle perpétuel.
Bien que la lettre du ministère explique que les consultants étrangers n’ont pas trouvé de chaleur géothermique à ras du sol à Maurice, il existe des sources souterraines d’eau chaude en certains points du littoral, dans nos lagons et les Mauriciens les appellent ‘dilo bouillie’. Je serais bien intéressé d’avoir l’avis des géologues locaux à ce sujet car ces sources ne tarissent jamais et ce la fait bon de nager par-dessus surtout lorsque la mer est froide en hiver… Il existe une de ces sources à Poste La Fayette et elle produit de l’eau chaude été comme hiver. D’où viennent ces sources d’eau chaude, qu’on appelle geysers à travers le monde, notamment en Nouvelle Zélande ou en Islande ?
De toute manière, nous irons à 500 mètres sous terre bientôt et on trouvera des réponses. Si nous avons les conditions pour aller de l’avant, et même si forer de tels puits coûte de l’argent, nous nous rapprocherons de l’objectif Maurice Ile Durable.
En attendant, voici des extraits du Long-Term Energy Strategy 2009 – 2025 du gouvernement concernant l’énergie géothermique :
« Encourage private operators to explore potential of geothermal energy.
“Geothermal energy technology is well established and commercially available but its application is site dependent. As Mauritius is of volcanic origin, there is the probability that geothermal sites are available. However, exploration costs are exorbitant as deep drilling is required to access the thermal source. The strategy is to allow private operators to take the exploratory risks.”
Tableau résumant les objectifs du plan gouvernemental concernant l’énergie: