La prise de conscience accrue de l’utilisation des technologies numériques a démontré des changements importants dans le comportement des patients. Considérant le nombre élevé de diabétiques à Maurice, le département de la faculté de l’Information, Communication and Digital Technologies de l’Université de Maurice travaille en ce moment sur deux projets de recherches qui vont aider ceux qui souffrent du diabète de type 2 à contrôler leur taux de sucre dans le sang à travers un “embedded device”. La faculté étudie également la possibilité d’applications mobiles pour les diabétiques.
La faculté travaille sur ces deux projets depuis bientôt un an. Le financement est assuré par le Mauritius Research Council. Mais l’Université de Maurice compte sur d’autres fonds encore pour que les projets puissent se réaliser au plus vite. Le premier projet sur lequel se penche une équipe de chercheurs concerne la création d’un Wireless Body Area Network (WBAN) qui permettra aux médecins traitants de suivre facilement l’état de santé de leur patient diabétique. Des capteurs invasifs et non invasifs seront utilisés et les informations recueillies seront ensuite envoyées sur le smartphone du patient. Elles ont trait au taux de sucre dans le sang, à la température et la pression artérielle. Pour les chercheurs, la qualité des données obtenues est vitale pour un bon diagnostic et le traitement des maladies chroniques.
La faculté mène des recherches aussi pour ceux qui souffrent du diabète type 2 et les prédiabétiques. Il s’agit du développement d’une application mobile qui permettra aux patients d’enregistrer leur taux de glucose dans le sang, leur niveau d’activités physique et leur apport alimentaire. De plus, elle donnera des informations sur la corrélation des variations du taux de glucose enregistré dans le sang entre différentes périodes de temps. En mangeant, la personne recevra un avertissement pour l’informer si une fluctuation est notée sur son taux de sucre. “A real time monitoring”, explique Mohammad Issack Santally, Associate Professor à l’Université de Maurice. Plusieurs aspects, légaux, éthiques, data protection, seront aussi pris en considération avant que le projet ne soit présenté. D’autres paramètres sont aussi inclus dans ce projet. Cette application fournira aussi des informations sur la teneur calorifique des différents types d’aliments locaux. Elle est également destinée à ceux qui ne souffrent pas du diabète, mais qui veulent avoir une vie saine.
La faculté s’intéresse aussi au Métro Léger. Et en ce moment, une étude est menée pour connaître l’impact de ce moyen de transport sur la vie sociale des Mauriciens. Cette étude a nécessité un financement de Rs 600 000. Toutefois, Mohammad Issack Santally regrette que la recherche n’ait pas atteint le niveau espéré. En ce sens, un Research Assessment Exercise a été lancé. Deux experts étrangers ont été sollicités pour aider l’Université de Maurice dans cette recherche.