Des études effectuées par le Pr Theeshan Bahorun et une équipe de chercheurs de l’ANDI Centre for Excellence for Biomedicals and Biomaterials Research ont conclu que le thé vert mauricien et la papaye fermentée contribuent énormément dans la lutte contre le diabète et les maladies cardiovasculaires, qui affectent beaucoup de Mauriciens. Ces deux maladies sont les premières causes de mortalité à Maurice. Ces études font partie de plusieurs stratégies de gestion et d’approches thérapeutiques utilisées dans la prévention et la lutte contre le diabète, ainsi que ses différentes complications.
A Maurice, les maladies cardiovasculaires et le diabète sont les premières causes de mortalité. En 2011, 17,3% et 25,4% des décès étaient dûs respectivement aux maladies cardiaques et au diabète. Le Dr Sunil Gunness du centre cardiaque de Maurice, parle d’une « épidémie » de maladies cardiaques à Maurice. « La situation est tellement alarmante que j’utiliserai le mot ‘épidémie’. Ce qui m’inquiète le plus, c’est que malgré tous les efforts du ministère de la Santé, du centre cardiaque, des Ong et de la Heart Foundation, on a l’impression que les gens ne nous écoutent pas, qu’ils disent que ça ne leur arrivera pas. Ils écoutent lorsqu’ils ont déjà un problème. Lorsqu’une artère est bouchée dans le coeur, c’est foutu. Vous allez perdre une partie de votre muscle cardiaque et ça, c’est irrécupérable », déclare-t-il. Pour le Dr Gunness, le diabète et les troubles cardiovasculaires sont des maladies qu’on peut prévenir avec une bonne hygiène de vie. « Il y a trois choses à faire : manger équilibré, faire des exercices physiques régulièrement et gérer son stress. C’est très simple et très scientifique : 30 minutes de marche par jour. Une petite sueur sur la peau suffit ; walk, jog and swim », précise le médecin.
C’est ce qui a motivé le Pr Bahorun à entreprendre ces deux études en vue d’évaluer le potentiel préventif des aliments fonctionnels, dont le thé vert et la papaye fermentée, aux niveaux biochimiques, cliniques et cellulaires. « Malheureusement, on peut dire qu’une personne sur deux est potentiellement diabétique. C’est une observation très alarmante qui nous a fait réfléchir pour voir comment on peut utiliser des alicaments naturels pour pouvoir contrôler les marqueurs amenant le diabète. Tout ce qu’on consomme sont des alicaments : des fruits, des légumes, du thé contiennent des éléments qui sont bénéfiques à la santé », souligne notre interlocuteur. Ces deux études ont été menées chez un groupe aléatoire de Mauriciens présentant un prédiabète en leur donnant un supplément en antioxydants. « On a choisi des patients prédiabétiques, qu’on a divisé en plusieurs groupes – groupes d’études et groupes témoins. Ils étaient sur le thé vert trois fois par jour, et d’autres sujets étaient sur deux sachets de trois grammes de papaye fermentée par jour. Le groupe témoin, lui, était sur de l’eau chaude. Après 14 semaines, on a fait des prélèvements sanguins pour étudier tous les marqueurs HDL, LDL, cholestérol, glucose, enzymes cardiaques sur tous les sujets », indique-t-il.
Selon le Pr Bahorun, les résultats sont « assez intéressants » dans le sens, dit-il, que le thé vert empêcherait l’augmentation du sucre dans le sang tandis que la papaye fermentée réduirait les facteurs à risques pour le diabète et les maladies cardiovasculaires et neurodégénératives sans intervention médicale. « Par rapport au thé vert, on a eu des réductions au niveau du glucose et on a eu une augmentation du taux d’antioxydants dans le sang. Ce qui apporte un effet bénéfique aux patients. Pour la papaye fermentée, on arrive à une baisse de l’acide urique et du cholestérol. On arrive à baisser également la pression artérielle de 3%. Pour le thé vert, de 1,5%. On arrive à diminuer les enzymes cardiaques de 13%. On augmente l’activité antioxydante au niveau du corps de 5%, une baisse du cholestérol de 10,8% et une baisse des triglycérides de 6,5%. Tous ces éléments contribuent à diminuer les marqueurs du syndrome métabolique qui est très prépondérant dans le diabète. » Il poursuit : « Ce qui est beaucoup plus intéressant, ce sont les actions de la papaye fermentée sur la microflore de la bouche. Comme on le sait, il y a une réaction directe maintenant entre l’hygiène orale et le diabète, dû au fait que dans une situation diabétique, on a quand même beaucoup plus de sucre qui circule dans le sang et qui provoque une multiplication des bactéries dans la bouche », indique le Pr Bahorun.
Le Dr Sunil Gunness conseille volontiers aux gens de boire beaucoup de thé vert et de papaye fermentée, car ces produits sont très riches en antioxydants. « Mais pas seulement ces deux produits, car il faut aussi manger beaucoup de fruits, qui sont riches en antioxydants, tels la papaye ou encore la goyave de Chine, par exemples. Ce n’est pas la peine de chercher à droite et à gauche », dit-il. D’autres médecins restent par contre prudents. Ils souhaitent des études plus avancées sur le sujet avec la participation, non pas d’une centaine, mais de quelques milliers de personnes afin d’avoir des résultats plus probants. Entre–temps, ils conseillent à tous un repas sain et équilibré contenant moins de graisses saturées, et beaucoup de salades, de légumes et de fruits, ainsi que du poisson. Il faut aussi trouver le temps, disent-ils, de faire des exercices physiques régulièrement. Ce n’est qu’ainsi qu’on pourra réduire le taux des maladies cardiovasculaires d’une façon significative.