L’État, représenté par Me Verna Nirsimloo, Chief State Attorney, a fourni certains détails devant la Master’s Court cette semaine sur les accusations provisoires qui étaient retenues contre le gendre de Dawood Rawat, Brian Burns, qui réclame des dommages de Rs 40 M à l’État pour arrestation arbitraire. Brian Burns était provisoirement accusé notamment de blanchiment d’argent, soit d’avoir

détourné Rs 355 M au détriment des partenaires d’Iframac Ltd. Somme qu’il aurait placée dans une société fictive. C’est le 27 avril 2017 que la cour de Rose-Hill avait rayé les charges provisoires d’entente délictueuse, de blanchiment d’argent, de “fraudulent use of company property” et de “false statement” qui pesaient sur lui. Sous ces charges, l’époux de Laina Rawat était accusé d’avoir commis une fraude de Rs 1 milliard au sein d’Iframac entre mai 2010 et avril 2015 au préjudice des “policy holders” de la BAI Co (Mtius) Ltd.

Dans un autre cas, Brian Burns était soupçonné d’avoir fait partie d’un complot pour le transfert frauduleux de plusieurs milliards de roupies sur le compte de Dawood Rawat. Dans sa plainte, Brian Burns réclame des dommages à l’État, au commissaire de police et à l’ACP Heman Jangi. Il soutient que des policiers ont « abusé de leur pouvoir » pour procéder à son arrestation dans le cadre des affaires de la BAI/Bramer Group.