Photo illustration

La production sucrière pour l’année 2018 a été de nouveau revue à la baisse et est désormais estimée à 324 000 tonnes par le Crop Estimate Coordinating Committee, qui s’est rencontré mardi. Le comité a constaté qu’à ce stade plus de trois quarts de la saison 2018 sont écoulés. Au 27 octobre, 76,8% des superficies avaient déjà été récoltées, quelque 2 508 070 tonnes de cannes usinées et 254 517 tonnes de sucre produites. La récolte sucrière devrait se terminer vers la mi-décembre.

L’évolution des conditions climatiques qui ont prévalu pendant ces dernières semaines et les estimations de production partagées par les quatre usiniers de l’île ont été analysées par les membres du comité. Il s’avère que concernant les conditions climatiques, le déficit hydrique qui a prévalu depuis ces derniers mois, et qui a perduré en octobre, n’a pas été favorable à la pousse de la canne, occasionnant ainsi un dessèchement dans tous les secteurs, sauf pour les superficies sous irrigation.

Par ailleurs, pendant le mois d’octobre, l’amplitude des températures et l’ensoleillement ont été au-dessus de la normale, ce qui a été plutôt propice à l’accumulation de saccharose.

Par conséquent, le taux d’extraction moyen de 10,15% au 27 octobre est supérieur à celui enregistré à pareille date en 2017 (9,37%). Toutefois, la productivité moyenne aux champs enregistrée à cette même date était de 71,1 tonnes de cannes à l’hectare, contre 79,1 tonnes de cannes pour la période correspondante en 2017.

Les conditions climatiques des six prochaines semaines seront, selon le comité, déterminantes, mais un gain au niveau de l’extraction ne pourra compenser le faible taux de canne à l’hectare réalisé jusqu’à maintenant. Sur la base de ces données, l’estimation de la production de la saison 2018 a donc été revue à la baisse pour se situer autour de 324 000 tonnes de sucre, contre une estimation déjà révisée de 330 000 tonnes en septembre dernier.

Le Crop Estimate Coordinating Committee, présidé par la Chambre d’agriculture, regroupe la Mauritius Cane Industry Authority ainsi que le Mauritius Sugarcane Industry Research Institute, les établissements sucriers, le Sugar Insurance Fund Board, le Mauritius Sugar Syndicate, Statistics Mauritius et le ministère de l’Agro-industrie.