La Banque de Maurice (BoM) recommande aux petits et moyens planteurs de frapper aux portes des banques commerciales pour obtenir des avances sur les recettes de la récolte sucrière 2015, et ce compte tenu de la baisse significative des taux d’intérêt sur le marché.
Cette recommandation fait suite à une requête faite le 1er juin par le ministère des Finances et du Développement économique invitant la banque centrale à renouveler la ligne de crédits aux petits et moyens planteurs du secteur sucrier par le truchement du Syndicat des Sucres. La BoM souligne, dans un communiqué publié vendredi soir, qu’elle avait avisé le ministère des Finances qu’il serait mieux pour les planteurs de contracter directement des emprunts des banques commerciales au vu de la baisse des taux d’intérêt. Suite à cette proposition des autorités bancaires, le Syndicat des Sucres a pu obtenir des fonds des banques commerciales au même taux qu’il payait à la BoM dans le passé pour les lignes de crédits spéciales.
La BoM rappelle qu’en 2010 elle avait mis à la disposition du Syndicat des Sucres une ligne de crédits spéciale devant servir pour le paiement en avance de 80% des recettes sucrières des petits et moyens planteurs pour la récolte de la même année. « This special line of credit was put in place in order to alleviate small and medium planters’ burden of high cost of borrowing from banks », précise la banque centrale. Un montant de Rs 1,5 milliard avait été mis à la disposition des banques au taux d’intérêt de 3% et qui devait être rétrocédé aux planteurs au taux de 3,5%. La ligne de crédits avait été renouvelée pour les années subséquentes selon les mêmes conditions, sauf que les montants furent réduits en 2012 (Rs 1,3 milliard), 2013 (1,2 milliard) et 2014 (Rs 1 milliard).
La BoM annonce dans le même communiqué avoir accordé comme financement temporaire une enveloppe de Rs 3,5 milliards au National Property Fund Ltd. à un taux d’intérêt plus élevé, soit de 3,75%.