Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Devanand Ritoo, a procédé hier à une cérémonie de remise de prix dans la salle de conférences du stade Germain-Commarmond. Lors de cette cérémonie, il a répété à plusieurs reprises que « c’est la reconnaissance qui compte, pas le montant. »
Pour cette cérémonie de remise de prix, le ministre a remis un total de Rs 536 880 à 25 récipiendaires (21 athlètes et et quatre coaches). C’est l’haltérophile Shalinee qui s’est taillé la part du lion avec Rs 84 000, après avoir enlevé au début du mois d’avril trois médailles de bronze aux championnats au Kenya.
Dans la même veine, on retrouve le vététiste Arnaud Li Hing Fui, médaillé d’or de la descente lors des championnats d’Afrique de VTT, les 5 et 6 mai dernier. Étant absent du pays, c’est son ami et dauphin Matthieu Marion qui a réceptionné les Rs 52 500 du cash prize. Les deux autres spécialistes la descente Matthieu Marion et Jaysan Mohesh ont reçu Rs 31 500 et Rs 21 000 des mains du ministre.
À l’heure des discours, Devanand Ritoo a tenu à rappeler l’investissement et l’intérêt de l’état mauricien pour les athlètes. « Depuis que je suis ministre, je pense que mon ministère a distribué plus de Rs 8 M. Cela reflète la philosophie du MJS », a indiqué le ministre.
Poursuivant sur la même lancée, il a rappelé que le montant du chèque n’a que peu d’importance. « C’est la reconnaissance de l’État pour vos efforts qui compte. Un vrai champion ne voit pas le montant écrit sur le chèque », a-t-il rappelé.
Devanand Ritoo a aussi parlé des réalisations des sportifs mauriciens durant ces dernières années. « Nous avons du potentiel. » Il a cité en exemple la médaille olympique de Bruno Julie en 2008 et la sixième place de Maurice aux Jeux de la Francophonie au Liban. « Là encore, nous avons des qualifiés olympiques. Le sport mauricien se porte bien. »
Il se base sur la récente performance des deux beach-volleyeuses Elodie Li Yuk Lo et Natacha Rigobert, médaillées d’or au Rwanda et qualifiées pour les JO de Londres. « Pour la première fois de l’histoire, Maurice s’est qualifiée dans une discipline collective pour les JO. Alors, je peux dire que nous sommes sur la bonne voie. »
Par contre, Devanand Ritoo a rappelé que les cash prize schemes n’existent pas dans tous les pays du monde. « Cela montre que nous avons investi dans le sport. » Il a par la suite prévenu que les fédérations instables ou en proie aux conflits risquent de se voir privés de ressources. « Si la fédération est stable, le MJS sera là pour l’aider. »
Il s’est aussi dit alarmé par l’état du football mauricien. « Ça faisait très longtemps qu’un championnat n’a pas été aussi disputé que ça. » Devanand Ritoo a également tenu à rappeler son soutien aux athlètes. « Mais je tiens à dire que l’aide qu’ils me demandent doit passer par la fédération. Le MJS jouera toujours son rôle de facilitateur. »
Terminant son discours par une pensée spéciale pour les athlètes ayant décroché leur qualification pour les JO de Londres, le ministre a souhaité voir la délégation mauricienne revenir avec au moins une médaille. « Vous êtes tous des athlètes de haut niveau. La balle est maintenant dans votre camp. Sans sacrifice, on n’arrive à rien. Souvenez-vous que les efforts seront récompensés », a conclu le ministre.