L’Île Maurice est à l’honneur à travers son Chef juge. Bernard Sik Yuen se voit conférer le Gusi Peace Prize 2012, un award international qui récompense des accomplissements individuels en divers domaines visant à promouvoir la paix, le respect et la dignité humaine. C’est la première fois qu’une personnalité mauricienne se distingue à ce prix, présenté par ses fondateurs comme un équivalent asiatique du Nobel.
Créé en 2003 par le diplomate philippin Barry Gusi, le Gusi Peace Prize bénéficie d’un mandat présidentiel proclamé par la présidente des Philippines Gloria Macapagal-Arroyo. Le prix est octroyé chaque année à une dizaine de personnalités ou associations du monde entier qui se sont distinguées pour leur contribution exemplaire dans les domaines des droits humanitaires, des sciences et des arts, notamment.
Dans une récente correspondance adressée au Chef juge mauricien, Barry Gusi, Chairman du Gusi Peace Prize International, indique que le comité international a décidé de lui octroyer le Prix 2012 « for your untiring effort, working for people’s amelioration, to find peaceful solutions for people’s welfare through social justice and humanitarian law. Your contribution to enhance social justice made you a living paradigm for other to emulate, not only in Mauritius, but throughout Africa, Asia and the international community ». Et d’inviter M. Sik Yuen à être présent à la cérémonie annuelle le 28 novembre prochain pour recevoir son prix. Celle-ci se tient chaque année le quatrième mercredi de novembre, proclamé par mandat présidentiel comme “Gusi Peace Prize International Friendship Day”. La cérémonie est organisée par la Gusi Peace Prize Foundation, une instance basée à Manilles, oeuvrant dans l’amélioration humanitaire de communautés pauvres des Philippines ; elle a été créée en 2003 par Barry Gusi lui-même et a comme secrétaire général Daniel Amar Siad.
Environ huit mille invités internationaux triés sur le volet sont attendus à l’Awards Night qui aura lieu au Philippine International Convention Centre, comprenant d’anciens lauréats, des politiciens et des diplomates, des célébrités des arts, des scientifiques de renom, des leaders sociaux, entre autres. La cérémonie est retransmise en direct par satellite aux États-Unis et en Europe. Le Chef juge est aussi invité à participer à un dîner de gala d’un millier d’invités, ainsi qu’à une cérémonie au Rizal Park où les photos et drapeaux nationaux des lauréats demeureront visibles pendant deux mois.
Bernard Sik Yuen a été promu Chef juge en juin 2007. Parmi ses contributions au niveau international, soulignons qu’il a de 1998 à 2002, oeuvré au sein de la Sous-Commission pour la Promotion et la Protection des Droits humains au Bureau du Haut commissaire des Nations unies pour les Droits humains, à Genève. En 2007, il a été nommé Commissioner of the African Commission on Human and People’s Rights.