Reconnu coupable de “manslaughter” samedi dernier par le jury à une majorité de sept contre deux, Brian Lacloche attend désormais la sentence qui lui sera infligée pour son crime commis. Lors des plaidoiries hier avant la sentence de son homme de loi, Me Rama Valayden, il s’est adressé au juge Benjamin Marie-Joseph. « Pitie mwa, tou dan ou lame. Mo ena zis mo fam ki pa travay ek ki bizin mwa parski li malad », a-t-il dit, ne pouvant retenir ses larmes sous le poids de l’émotion.
Jean Christophe Brian Lacloche a été trouvé coupable de “manslaughter” par le jury. Lors de son procès, l’accusé a plaidé la légitime défense, soutenant qu’il n’avait pas l’intention de tuer son voisin, Amichand Rughooa. « Mo regrete seki finn arive, mo pa ti ena lintansion touy li, mo ti pe defann mwa », avait déclaré le jeune homme de 25 ans. « Premie fwa ariv mwa enn zafer koumsa. Monn rant dan enn mari problem. Mo strese. Mo madam pa travay, li kont lor mwa. Mo ena zis mo madam. Mo papa ek mo mama inn desede. Mo demann bondie mil exkiz. »
Son homme de loi, Me Rama Valayden, a quant à lui demandé à la cour de prendre en considération toutes les circonstances entourant cette affaire et les facteurs atténuants jouant en faveur de son client. Il a rappelé que Brian Lacloche a coopéré avec la police et avait fait part de ses remords dès le départ. Me Valayden devait aussi indiquer qu’il « y a eu provocation de la victime » et que l’affaire a dégénéré avant d’ajouter que son client « n’était pas armé ». Il poursuit : « Il n’a pas été prouvé que Lacloche est un danger pour la société. » Brian Lacloche avait passé 20 jours en détention après son méfait. Il compte deux antécédents liés à des délits de vol. Le juge Benjamin Marie-Joseph a alors ajourné l’affaire au 7 juin, date à laquelle il prononcera la sentence.
Le procès de Brian Lacloche a débuté lundi dernier aux Assises. Une vingtaine de témoins ont déposé dans cette affaire, dont l’accusé lui-même, qui est revenu sur ce drame. Cette affaire remonte à septembre 2011. Brian Lacloche et Amichand Rughooa étaient deux voisins habitant rue Ruisseau Créole, à Port-Louis. Ils utilisaient des toilettes communes et se disputaient souvent autour de leur nettoyage ainsi que celui de la salle de bains. Le jour du drame, une dispute a éclaté autour du même problème et les deux voisins en sont venus aux mains. Brian Lacloche a alors été blessé au pied avec un sabre tandis qu’Amichand Rughooa n’a pas survécu à ses blessures.