Ils ont été reconnus coupables sous une charge de “public official using his office for gratification” en Cour intermédiaire hier. Deoraj Bhirgoo et Mooneshwarsingh Busawah, deux ex-douaniers qui étaient postés au hall d’entrée de l’aéroport SSR, ont écopé d’une peine de prison de neuf mois de prison pour avoir obtenu une somme de 60 livres d’un couple pour les laisser passer sans avoir à vérifier leurs bagages. Leur sentence a toutefois été suspendue le temps qu’un rapport social soit soumis, attestant que les deux hommes sont habilités à effectuer des travaux communautaires à la place de la prison.
Le magistrat Azam Neerooa, qui a prononcé la sentence, a fait état de la « gravité du délit », qui consiste en une gratification de 60 livres, alors que les deux douaniers étaient en poste, pour qu’un couple n’ait pas à passer par un  contrôle des bagages à l’aéroport SSR. Le magistrat a statué qu’une peine d’emprisonnement est justifiée dans ce genre de cas. Prenant en considération le fait que les deux hommes ont perdu leur emploi en 2010 après que des mesures disciplinaires aient été prises à leur égard concernant ce cas de pots-de-vin, le magistrat leur a infligé une peine de 9 mois de prison, qu’il a toutefois mis en suspens en attendant un rapport social afin de substituer la peine de prison par des travaux communautaires. Les accusés devront revenir en cour le 25 avril pour connaître la décision du Probation Office.
Deoraj Bhirgoo et Mooneshwarsingh Busawah étaient en service à l’aéroport international SSR le 14 mars 2010 et s’occupaient du contrôle des valises lorsqu’ils ont approché une famille débarquant de Grande-Bretagne. Lors du contrôle des bagages, Deoraj Bhirgoo avait proposé au mari de ne pas attendre que tous ses bagages soient examinés en échange d’une somme de 100 livres, qu’il remettrait à l’autre douanier, Mooneshwarsingh Busawah. Au final, les deux compères avaient accepté 60 livres du couple pour les laisser passer sans vérifier le reste de leurs bagages.?Pour ce faire, l’épouse avait placé l’argent dans une valise, qu’un des douaniers s’était chargé de ramasser. Les douaniers se sont toutefois fait prendre par les enregistrements des caméras de surveillance à l’aéroport, dans lesquelles on pouvait voir l’épouse déposer l’argent et Deoraj Bhirgoo s’approcher du bagage pour en prendre possession. Le couple, inquiété dans cette affaire, avait obtenu l’immunité du Directeur des poursuites publiques en échange de son témoignage contre les douaniers. Dans l’énoncé de son jugement, le magistrat Azam Neerooa avait conclu que les deux douaniers ont « délibérément » usé de leurs fonctions pour obtenir une gratification.