Après avoir pris ses distances du kick-boxing, Ketty Rousseau effectue depuis le début de cette saison une reconversion à la boxe anglaise. Sa candidature ayant été acceptée par les membres du comité directeur de l’Association mauricienne de boxe (AMB), l’ancienne tireuse a livré ses premières séances d’entraînement au sein du comité régional de Vacoas sous la férule de Gervais Armoogum et Haydar Phutully, avant d’intégrer la présélection nationale dans un proche avenir.
Triple championne nationale et médaillée de bronze à la Coupe du Monde 2013, Ketty Rousseau ne s’est fixé aucun objectif précis dans sa nouvelle discipline. « J’aime les sports de combat et je pratique maintenant la boxe par plaisir et passion. Les dirigeants de l’AMB m’ont ouvert une porte et j’apprécie la bonne ambiance qui règne lors des séances d’entraînement ».
Après quatre années de pratique au niveau du kick-boxing, elle explique son choix par le fait d’être « fatiguée par une certaine injustice ». Elle pourrait ainsi participer à sa première compétition dès la fin de ce mois, étant donné que les championnats nationaux Elite se dérouleront simultanément pour les boxeurs et boxeuses.
Par ailleurs, l’AMB s’est portée candidate à l’organisation des championnats d’Afrique Elite prévus en juillet prochain. « Si cela se concrétise, ce sera un tremplin pour nos combattants car cette compétition sera qualificative pour les Jeux Olympiques de Rio », fait ressortir Pascal Telvar, président de cette instance. Quant à la venue d’un directeur technique national, ce dernier soutient que le dossier se trouve toujours en attente.
Notons que l’AMB a inauguré sa saison avec l’organisation d’un séminaire pour entraîneurs et arbitres-juges le samedi 24 janvier dernier à Vacoas. Selon Pascal Telvar, un des points dominants de ce séminaire a été le nouveau système pour des tournois au niveau des différentes zones. « Avec ce nouveau système, les comités régionaux seront encore plus impliqués et cela minimisera les frais de transport. Cela permettra également de créer une nouvelle motivation et des liens plus solides entre les différentes zones. Qui plus est, chaque zone devra avoir son comité d’organisation », prévoit le président de l’AMB.