Le projet Switch Africa Green, bénéficiant du soutien de l’Union européenne, a été lancé, jeudi dernier, à Rodrigues au Centre de formation agricole Frère Rémi à Camp-du-Roi. Etaient présents à cette occasion, la représentante de l’Union européenne à Maurice, Marjaana Sall, et le Chef commissaire de l’Assemblée régionale de Rodrigues, Serge Clair, comme pour situer l’importance de l’événement.
Intervenant lors de cette cérémonie, Serge Clair a réitéré le souhait de voir les Rodriguais se réconcilier avec la terre en promouvant l’agriculture et l’élevage comme deux piliers du développement économique dans l’île. Il a donné la garantie que l’Assemblée régionale accompagnera tous ceux qui se mettront à exploiter de manière productive leurs lopins de terre. Il s’est félicité de l’encadrement et de l’engagement de l’Union européenne dans le développement agricole et autres de Rodrigues depuis des années. Il a lancé un appel pour que le travail des autres soit respecté.
La représentante de l’Union européenne, qui était accompagnée de Madev Balloo (Project Manager for EU – Mauritius and Regional Section), Kristavarajen Valaydon, DCP Programme Coordinator à Maurice, et Krishna Sooprayen, Project Manager pour Rodrigues, a eu l’occasion de faire un constat du programme qui est mis à exécution pour le recyclage et la formation des jeunes recalés du système scolaire. Elle a rassuré Rodrigues que Bruxelles continuera à apporter son aide au développement de Rodrigues. Elle a mis l’accent sur le fait que ce projet profite aux jeunes avec une composante majeure en matière de développement inclusif et durable.
De son côté, la responsable, Verlaine Saint-Pierre, a rappelé que ce centre de formation agricole tombe sous la responsabilité du vicariat apostolique de Rodrigues et est un des bénéficiaires du projet Switch Africa Green. Elle a fait comprendre que ce centre avait démarré ses activités théoriques et pratiques avec seulement cinq jeunes filles et garçons, tous des recalés du Certificate of Primary Eduation (CPE) en 1988. Aujourd’hui, le centre accueille une quarantaine d’élèves.
La responsable du centre soutient que le projet Switch Africa Green s’intègre parfaitement dans le programme en cours et constitue une continuation du précédent projet financé par l’Union européenne à travers le DCP en 2014. Ce projet a contribué à la création d’une formation soutenue pour les élèves en difficultés scolaires. Elle a ajouté que le projet Switch Africa Green veut faire du centre un modèle pour les pratiques de production de consommation durable et le développement de l’éco-entrepreunariat. Elle a annoncé que le Centre Frère Rémi compte accompagner les 18 jeunes bénéficiaires du projet et les encadrer dans la réalisation de leurs projets personnels afin qu’ils deviennent des éco-entrepreneurs prometteurs et indépendants.