Le président du Ptr, Patrick Assirvaden, a, lors d’un point de presse tenu hier en compagnie des directeurs de communication du Labour et du PMSD, Nita Deerpalsing et Lindsay Morvan, accusé le MSM de s’adonner à un « jeu infect » en distillant des démons communaux. Il a condamné un tel acte qu’il a jugé « ignoble ».
Condamnant fermement les propos tenus ces derniers temps par le leader du MSM, Pravind Jugnauth, Patrick Assirvaden a estimé que l’absence de réaction du gouvernement démontre fort bien sa confiance en les institutions. Dans le même souffle, Patrick Assirvaden a émis le souhait que les institutions, tout comme leurs responsables, restent indépendantes et ne s’allient à aucune stratégie politique, car il y va de leur crédibilité.
Rejoignant les propos de Patrick Assirvaden, Nita Deerpalsing devait faire ressortir que le MSM n’a à aucun moment « murmuré » lors des débats parlementaires sur le New Local Government Bill. Et cela, dit-elle, malgré la présence de Pravind Jugnauth et de Nando Bodha à ces débats. « Si c’était le MMM, on aurait pu comprendre, puisqu’ils sont dans l’opposition. Mais pas le MSM, qui était toujours membre de l’Alliance de l’Avenir à ce moment », a-t-elle soutenu. « Si malgré les récriminations initiales du MMM, le président de la République a quand même donné son ascent, voyons voir ce qu’il fera quand c’est le fils qui entame cette fois-ci des démarches », a-t-elle poursuivi.
Plus tôt dans son allocution, Patrick Assirvaden a exprimé sa satisfaction du colloque organisé à l’occasion du 76e anniversaire du Ptr, et de la présence, surtout, de nombreux jeunes. Dans le même élan, il a tenu à démentir certains « mensonges » et a affirmé que le Ptr jouit d’une « très bonne santé ». « Nous sommes pleinement conscients du poids que le Ptr tient dans l’histoire », a-t-il dit. « L’histoire retiendra que le Ptr a donné les deux meilleurs Premier ministres, sir Seewoosagur Ramgoolam et Navin Ramgoolam, à l’île Maurice. »
Le président du Ptr a également affirmé que le gouvernement est tout à fait conscient des responsabilités et des défis majeurs auxquels le pays est appelé à faire face, principalement à cause des crises qui affectent en ce moment le monde entier. S’appesantissant sur le sujet du changement climatique, la conséquence directe, selon lui, de la chaleur intense qui a affecté le pays pendant le mois de février, le président du Ptr a précisé qu’il n’y a pas lieu de faire croire à une « panique », puisque, a-t-il assuré, le Central Electricity Board (CEB) est suffisamment armé pour faire face à cette augmentation importante de la demande en électricité. « L’Île Maurice n’est d’ailleurs pas le seul pays à faire face à ce genre de situation », a-t-il insisté.
Poursuivant son intervention, Patrick Assirvaden a soutenu, faisant référence à l’opposition parlementaire, qu’on ne pouvait « jouer aux hypocrites ». Il a ainsi indiqué qu’alors que, dès 2005, Paul Bérenger déclarait que le pays faisait face à une situation d’urgence économique, à l’époque, devait renchérir Lindsay Morvan, « nous ne faisions pas face aux mêmes défis ».
Prenant la parole, le directeur de communication du PMSD s’est dit conscient qu’ « un cyclone s’abattra sur nous », mais qu’il est confiant que « toute l’équipe s’en sortira ». Il a profité de cette occasion pour lancer un appel particulier aux citoyens, organisations et autres institutions pour « ne pas dévier des vrais enjeux ».
Nita Deerpalsing s’est, de son côté, dite « chagrinée » du fait que le débat sur la réforme électorale ait été « hijacked » par une question d’ethnicité. Elle a conclu en demandant à tout un chacun de garder la tête sur les épaules pour sauvegarder l’harmonie sociale.