Après l’étape initiale consacrée à l’étude du document rédigé par le Mouvement socialiste militant sur le redécoupage des arrondissements des villes en prévision des municipales, le président de la République sir Anerood Jugnauth a initié depuis ce matin la série de consultations avec les parties concernées. Ainsi le commissaire électoral Irfan Rahman a-t-il été reçu ce matin à la State House pour une séance de travail avec sir Anerood Jugnauth, qui avait à ses côtés le secrétaire à la présidence à cette occasion. Le MSM se prépare d’autre part à accentuer la pression pour un nouvel exercice de redécoupage électoral avec une campagne d’explications sur le terrain.
Les recoupements d’information indiquent que le président de la République a sollicité auprès du commissaire électoral des explications et des éclaircissements au sujet de l’exercice de délimitations des nouveaux « wards »dans les villes du pays pour les besoins de la Local Government Act adoptée par l’Assemblée nationale fin décembre 2011. La responsabilité de la Commission électorale et celle de l’Electoral Boundaries Commission ont été abordées lors de ces entretiens à haut niveau, compte tenu des objections formulées par le Mouvement socialiste militant (MSM) pour contester ce redécoupage.
Après la rencontre de ce matin à la State House, l’Electoral Supervisory Commission, présidée par Me Yousouf Aboobaker, prévoit une séance de travail demain pour passer en revue la situation. Les membres de cette instance constitutionnelle prendront acte officiellement de la teneur du document du MSM soumis au président de la République. À ce stade, des membres de l’Electoral Supervisory Commission, même s’ils s’insurgent en privé contre les accusations de « gerrymandering » ou de tripotage politique et ethnique avec ces nouvelles délimitations dans les villes, préfèrent attendre prendre connaissance du rapport du MSM et d’en décider au sein de cette instance avant de privilégier marche à suivre.
L’Electoral Supervisory Commission devra également décider ce qu’il adviendra des nouvelles listes d’électeurs dans les 20 circonscriptions et les « wards » des cinq villes compilées après un exercice d’enregistrement en début d’année. En principe, la Commission électorale avait établi des arrangements pour que ces nouveaux registres d’électeurs soient en vigueur à partir du 1er mars au lieu du 16 août prochain. Le commissaire électoral n’a pas voulu faire de commentaires à ce sujet, laissant la prérogative de toute recommandation à l’Electoral Supervisory Commission.
Le président de la République devra poursuivre ses recommandations, avec une remote possibility d’un tête-à-tête avec le ministre des Administrations régionales Hervé Aimée, avant d’entériner sa décision sur le sort de ce redécoupage électoral dans les villes.
Entre-temps, le MSM prévoit le démarrage d’une campagne d’explications sur le redécoupage électoral avec un point de presse demain consacré exclusivement aux points contenus dans le document et une première réunion publique dans la circonscription La Caverne / Phoenix (N°15) avant de toucher d’autres régions urbaines.