Le Conseil des Religions (COR) a organisé ce matin, à Réduit, un forum sur le thème “Inter-Religious Education at School: Challenges for a Holistic Education”. Le père Philippe Goupille a mis l’accent sur l’importance de connaître la religion des autres. « Les évènements tragiques survenus à Camp-de-Masque donnent à réfléchir. Le temps est venu d’agir, de favoriser la paix sociale et de se reconcentrer sur les vraies valeurs morales. » La ministre de l’Éducation était également présente.
Un forum du COR, tenu ce matin, a permis de débattre de la société mauricienne et de son évolution à travers l’interculturalité. Sur le thème “Inter-Religious Education at School: Challenges for a Holistic Education”, le père Philippe Goupille a déclaré que le Conseil des Religions, qui existe depuis une quinzaine d’années, souhaite qu’il y ait toujours une harmonie sociale. « On ne peut plus se contenter de rencontres sporadiques ou d’agir comme des pompiers qui viennent éteindre le feu. Nous voulons avant tout favoriser le dialogue et faire en sorte qu’une harmonie règne entre toutes les religions. »
Dès l’ouverture de ce forum-débat, l’emphase a été mise sur les enfants. Le père Philippe Goupille explique : « Il est grand temps de favoriser le dialogue à l’école entre les enfants de toutes les communautés et les emmener à connaître, à respecter et à partager les valeurs de chaque religion. Je remercie les éditions Vizavi, qui ont travaillé sur une BD intitulée “Les religions à Maurice”, et qui met en relief toutes les religions que renferme notre île. Cet ouvrage est un excellent outil pédagogique approuvé par le Conseil des Religions. »
À cet effet, Pascale Siew, responsable de l’édition Vizavi, déclare qu’avec la Réunionnaise Fabienne Jonka, l’idée est venue de mettre en place un tel recueil pour que chaque enfant apprenne la relation avec l’autre, à ajuster son regard. « Il ne doit exister aucune source de conflit grave, relate-t-elle. Chaque enfant doit apprendre cette notion de vivre ensemble pour que notre société de demain soit une richesse de notre harmonie. Il faut avant tout commencer ce chemin en allant vers la religion des autres. Cette BD sera comme un outil pédagogique adapté à Maurice. »
La BD met en relief un petit garçon nommé Sam qui assiste à la fête de tous ses amis. « Dans cette BD, il n’existe aucune différence entre les enfants. Chaque religion est au centre avec, à la clé, un message fort. » Belall Maudarbux, Consultant Programs Management, explique : « Inter-Religious Education is not only about religions. It is about the interaction of religions and their members. »
Leela Devi Dookun-Luchoomun, ministre de l’Éducation, a expliqué pour sa part que le Conseil des Religions abat un grand travail. « I believe it is always a positive sign to endeavors and initiatives on the part of different bodies and organizations that aim at sustaining peace and harmony in Mauritius. I would like to underline the fact that the MIE is working on a curriculum on intercultural education with various stakeholders and I would like the Council of Religions and the MIE to identify avenues of collaboration where we can come up with a program which places the interest of our children first. I am for the promotion of peaceful behaviour in school environments, the promotion of knowledge and attitudes that forestall the occurrence of conflicts based on misunderstanding and tolerance. I am all for the fostering of dialogue that leads to a better comprehension of the others », a soutenu la ministre.
Par ailleurs, la MIE travaille actuellement sur le programme d’étude inter religieux, qui sera introduit en 2017.